26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 15:31

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

 

C'est quoi : THE HAUNT OF FEAR 2

 

 

C'est de qui ? Divers

 

 

La Couv':

 

Frayeurs old school  /  The Haunt Of Fear 2  Vs.  The Premature Burial

 

Déjà croisés sur B.O BD? Possible

 

 

 

C’est édité chez qui ? Akiléos

 

 

 

Une planche:

 

 

Frayeurs old school  /  The Haunt Of Fear 2  Vs.  The Premature Burial

 

 

Ca donne Quoi ? La fin de l'année sera placée sous le signe de la peur chez Akiléos puisque outre une intégrale en plusieurs tomes de l'excellente série Courtney Crumrin, l'éditeur propose le second volet de la réédition de The Haunt Of Fear.

Troisième titre du tiercé gagnant de chez EC Comics avec Tales from The crypt et The Vault of Horror, The Haunt of Fear est constitué de récits courts d'épouvante à chutes dans la lignée des Creepy et autre Eery. Nous retrouvons ici 24 histoires publiées à l'époque (1951-1952) dans les numéros 8 à 14 de la série.

Les styles graphiques ont une constante de noirs et blancs expressifs et détaillés, certains se démarquent néanmoins du lot par la précision du trait (Jack Kamen) ou des encrages plus prononcés (Davis).

Comme dans les anthologies citées plus haut on retrouve une variété dans les sujets et si la majeure partie des histoires a pour cadre l'Amérique du début du siècle dernier, ce second tome nous fait également voyager des confins de l'Egypte à l'Espagne en passant par une île déserte ou encore la toundra russe.

Un voyage dans le temps et le frisson dont se délecteront  les amateurs du genre dans une édition soignée qui pourra remplacer élégament les décorations de noël!

 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? THE PREMATURE BURIAL

 

 

C'est de Qui ?  R. Stein

 

 

La couv' 

 

 

 

Frayeurs old school  /  The Haunt Of Fear 2  Vs.  The Premature Burial

 

Déjà entendu chez nous? Souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si aujourd’hui les multiples adaptations des nouvelles et romans de E . A. Poe qu’a commis Roger Corman ne sont pas toutes passées à la postérité, et pour cause, The Premature Burial (où un jeune assistant réal du nom de F.F Coppola faisait ses premières armes), troisième de la liste, fait partie des plutôt réussis.

Ronald Stein, le compositeur maison de la prod’, responsable de centaines de partitions dans des genres aussi éloignés que l’aventure romantico-exotique et l’épouvante gore, habitué aux budgets plus que serrés, ne fait pourtant pas dans le cheap sur The Premature Burial, usant de formules certes classiques mais ayant clairement fait leurs preuves.

 

Stein fait sonner un orchestre pourtant restreint comme s’il avait sous la main la totale philarmonique ; les cuivres ont certes la part belle mais le reste des instruments, les cordes en tête, n’est pas en reste et les thèmes jouent clairement la carte du macabre sans pour autant tomber dans le grotesque.

 

Une harmonie BD et B.O juste parfaite sur ce coup là !

 

 

 

---------------

 

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 16:18

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : AXOLOT TOME 3

 

 

C'est de qui ? Gaud et divers artistes

 

 

La Couv':

 

Nouveau Cabinet de Curiosité  /  Axolot 3  Vs.  Iberia

 

 

Déjà croisé chez nous? Oui pour le scénariste et certains dessinateurs, Gaelle Hersent par exemple, ou encore Steve Baker

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

Nouveau Cabinet de Curiosité  /  Axolot 3  Vs.  Iberia

 

Ca donne Quoi ? Plus tôt dans l’année, Lio nous vantait les deux premiers tomes de cette anthologie inspirée par l’émission de Patrick Baud consacré aux étrangetés en tout genre.

 

Chaque volume compile une grosse poignée de faits extraordinaires, souvent délirants, parfois effrayants, mais toujours vrais. Ainsi on croise ici un sculpteur tellement obsédé par sa création qu’il en perd son épouse, des villages habités par des sourds ou des gens qui voient en noir et blanc,  des spirites pas très honnêtes, j’en passe et des meilleurs.

 

Si peu client en général de l’exercice – l’anthologie- j’ai tout de même sauté le pas pour ce troisième volet, et ce sur un seul nom : Stéphane Fert. En effet, souvenez-vous, j’avais été littéralement enthousiasmé par son Morgane, version féminine et inspirée du mythe de la Table Ronde réalisée avec Simon Kansara.

 

En toute objectivité (hum !) son histoire est probablement la plus réussie de ce troisième opus, talonnée de près par celles de Margaux Saltel, David Combet ou encore Steve Baker.

 

Nouveau Cabinet de Curiosité  /  Axolot 3  Vs.  Iberia

 

Je suis beaucoup moins client des styles de Boulet, Geoffroy Monde ou encore El Diablo mais évidement tout n’est que question de goûts artistiques, je vous l’accorde, et le bouquin se lit avec beaucoup de plaisir même si je conseillerai d’y piocher à plusieurs reprises plutôt que d’une traite histoire de, justement, ne pas être rebuté par les différences de graphismes.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? IBERIA

 

 

C'est de Qui ? Debussy

 

 

La couv' 

Nouveau Cabinet de Curiosité  /  Axolot 3  Vs.  Iberia

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter?

 

Ca donne Quoi ?  Composées sur trois années, les trois pièces d’Iberia, partie elle-même du triptyque Images Pour Orchestre, étaient prévues au départ pour deux pianos. Rapidement Debussy réalise que sa vision de l’œuvre ne peut être magnifiée que par un orchestre plus conséquent, à la manière de ses pièces plus fameuses.

 

Développant à loisir les idées germées dans L’Après-midi d’un Faune, mais en insistant sur le coté rythmique (Iberia, vous l’auriez deviné sans peine, a été inspirée par un voyage en Espagne), le compositeur livre donc trois morceaux qui se suivent où l’on retrouve la quintessence de la musique impressionniste qui aura rarement mieux mérité son nom qu’ici.

 

Si l’on reprochera éventuellement à ce choix le manque d’atmosphère, disons,  « lugubre », on lui reconnaîtra sans peine une variété apte à accompagner quasiment l’ensemble des récits de cet Axolot troisième du nom, et ce quasiment sans fausses notes (c’est le cas de le dire !)

 

 

----------------------------

 

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 19:14

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : BOHEMIANS

 

 

C'est de qui : Divers, supervisés par P. Buhle

 

 

La  Couv':

Magnifiques Marginaux  /  Bohemians  Vs.  Bag's Groove

Déjà lu chez nous? Oui pour Buhle.

 

 

C’est édité chez qui ? Nada éditions.

 

 

Une planche:

Magnifiques Marginaux  /  Bohemians  Vs.  Bag's Groove

 

 

Ca donne Quoi ? Si, malheureusement, pour beaucoup de gens la bohème n’évoque qu’une chanson populaire bien trop entendue si vous voulez mon avis, l’album que les éditions Nada proposent en français cet automne devrait remettre en perspective  ce mouvement artistique et mode de vie libertaire, libre penseur   et résolument marginal.

 

Divisé en parties distinctes et chronologiques, Bohemians nous fait croiser les grandes figures de ce courant au fil de son évolution dans le temps et géographiquement. Si pas mal d’entre elles m’étaient inconnues, j’ai eu grand plaisir à retrouver des artistes aussi éloignés en apparence  qu’Oscar Wilde (même si le segment qui lui est consacré est un peu réducteur à mon goût, mais vous savez que l’irlandais est un de mes maîtres à penser), Robert Crumb, Joséphine Baker ou encore Charlie Parker.

 

 

 

 

L’ensemble, comme dans toute anthologie, peut se révéler parfois un brin inégal d’un point de vue graphique mais ravira les amateurs curieux qui sauront piocher de ci de là références curieuses et anecdotes intéressantes sur ces « bohèmes » célèbres.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi? BAG’S GROOVE

 

 

C'est de Qui ? Miles Davis

 

 

La couv'

 

Magnifiques Marginaux  /  Bohemians  Vs.  Bag's Groove

Déjà entendu sur B.O BD ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Miles aborde le virage de la sortie du bop, il réalise deux sessions à différents moments de l’année 1954 qui sont réunies sur ce Bag’s Groove, l’une des galettes les plus importantes de la carrière du trompettiste.

 

D’improvisations vertigineuses en progression mineures inattendues en passant par des influences latines fort subtilement intégrées les sept morceaux qui composent l’album plairont autant au néophyte qu’à l’amateur éclairé.

 

Coté personnel c’est la grande classe puisque l’on retrouve notamment Sonny Rollins au sax (qui signe trois des compositions), Horace Silver au piano (remplacé par Monk sur le titre phare) Milt Jackson au vibraphone (responsable du titre Bag’s Groove)   ou encore Kenny Clarke à la batterie.

 

L’osmose entre Davis et Rollins  (peut être encore plus qu’avec Coltrane) reste un des grands plaisir de mélomane de cette période et leur collaboration est un quasi sans fautes à laquelle hélas l’addiction de Rollins mettra un terme.

 

Ne craignez pas l’anachronisme avec les premières parties de Bohémians, même si ils sont bien présents dans les faits, à la lecture ils ne sont en rien gênants.

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 07:25

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : BATMAN BLACK AND WHITE 2

 


C'est de qui :  Divers

 

 

La Couv':

Batman, toujours Batman  /  Batman Black and White  Vs.  Forever

Déjà croisé sur le site? Pas mal d’entre eux ouais.

 

 

C’est édité chez qui ? Urban Comics

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Second volet de l’anthologie maousse consacrée aux courts récits mettant en scène le justicier de Gotham et sa riche galerie de personnages, Batman Black and White est la reprise par Urban de la série Gotham Knights qui a vu se succéder la crème de la crème du monde du comics.

 

Sur plus de 320 pages on croise donc des pointures aux styles et talents aussi bons que variés, jugez plutôt : Dave « Watchmen »Gibbons, le regretté Darwyn Cooke, Daniel Zezelj, Brian « 100 Bullets » Azzarello, Gene Colan, Sean « Criminal » Phillips, Paul Dini, Kyle Baker… la liste est aussi longue qu’impressionnante et, coté ambiances on passe de la comédie décalée à la psychologie sombre en faisant un détour par l’hommage appliqué ou irrévérencieux.

 

Forcement, sur un exercice de style imposé tel que celui ci (pagination réduite, absence de couleur,…) l’intérèt des récits est variable mais la qualité reste constante et les afficionados du Dark Knight apprécieront grandement ce pavé.

 

 

Pour les autres sachez que l’histoire dessinée par le grand Enrique Breccia (et scénarisée par Alan Grant tout de même) vaut à elle seule l’achat du bouquin, voir ce que le maestro fait sur de la licence est un plaisir de bédéphile !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? BATMAN FOREVER

 

 

C'est de Qui ? E. Goldenthal

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD?  Une poignée de fois oui.

 

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que la franchise commençait –déjà- à battre de l’aile, les choses ne pouvaient prendre une plus mauvaise tournure que sur ce troisième volet (l’avenir prouvera que si en fait avec le catastrophique Batman et Robin de triste mémoire !). Schumacher aux commandes, Val Kilmer blasé sous le masque et des seconds rôles improbables.

 

C’est à Elliot Goldenthal qu’échoit la partie musicale. De par ses travaux précédents, dans des genres aussi éloignés que possible et pourtant toujours quasiment sans fautes de gout (citons par exemple le Drugstore Cowboy de Gus Van Sant ou Entretien Avec Un Vampire de Neil Jordan), il semble être l’homme de la situation, capable de produire de la musique d’adaptation de comics tout en gardant sa personnalité et en apportant un aspect adulte à l’affaire.

 

 Faisant table rase du passé, il choisit de ne pas reprendre le thème de Danny Elfman mais propose à la place quelque chose de plus sombre et plus engagé. La majeure partie du score est dédiée à l’action et c’est sur les cuivres et un déluge d’effets électroniques que s’appuie le compositeur pour appuyer le feu d’artifices visuel du film. L’humour est également présent via un thème jazzy qui n’est pas sans faire penser à l’Age d’Or Hollywoodien.

 

Las, à trop vouloir bien faire Goldenthal prend trop au sérieux son taff, élabore top sa musique et l’inclusion du thème un peu partout sous différentes formes finit par devenir lassant. Qui trop embrasse mal étreint, le résultat est trop riche et part trop dans toutes les directions pour vraiment emporter l’adhésion.

Néanmoins par petits morceaux choisis, en fonction des histoires de ce tome 2 de Batman Black and White, c’est tout à fait ce qu’il fallait !

 

 

 

----------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags