16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 09:41
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  KIROHO. LES DISPARUS DE BOIS SUR MER

 

 

C'est de qui ? BrunoWaro & R.Guérin

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui pour le scénariste.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Le professeur Charles est réputé pour sa connaissance des Kiroho, esprits vengeurs qu’il pourchasse depuis des lustres. Assisté de mademoiselle Lise, intrépide et espiègle jeune fille, ils vont se rendre à Bois-sur-Mer ou une âme en peine aussi puissante que dangereuse est responsable de multiples disparitions.

 

C’est évidemment le cousinage graphique  avec le Sherlock Holmes de Miyazaki qui m’a attiré sur cet album dessiné par BrunoWaro l’un des artistes « maison » de chez Ankama –auteur d’une poignée de tomes de leur série phare Dofus et écrit par Remi Guerin lui aussi pas mal versé dans le manga (mais pas que, on l’a croisé chez nous sur un western).

 

Sous son format franco-belge, Kiroho est donc bel et bien un manga qui aurait d’ailleurs probablement pu voir le jour en petit format mais il aurait été dommage de ne pas apprécier le travail du dessinateur, rehaussé de très belles couleurs façon peinture.

 

Coté intrigue c’est une histoire de possession/village hanté assez classique mais agréable à lire. A voir, si l’essai est transformé, si de futurs tomes nous attendent, qui développeront notamment la relation entre le professeur et son « Watson » version féminin !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : ALICE IN WONDERLAND

 

 

C'est de qui ? D. Elfman

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? On a du écumer la majeure partie de sa discographie.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Il était évident qu’à un moment ou à un autre Tim Burton allait se frotter au monde d’Alice au pays des merveilles tant l’univers de Lewis Carrol et celui du cinéaste le mieux coiffé d’Hollywood (juste devant David Lynch) semblaient se faire du pied.

Autre évidence, l’osmose entre les images de Burton et la musique de son collaborateur de longue date (plus de 25 piges), Danny Elfman, compagnon de route des débuts gothico-humoristiques.

 

Alors avouons-le d’emblée, le score d’Alice est une somme des gimmicks de son auteur, des motifs et autres thématique explorées au cours de la douzaine de longs métrages communs. Des envolées flippantes de Sleepy Hollow à la mélancolie teintée de fantastique d’Edward aux mains d’argent, le connaisseur d’Elfman se retrouve ici en terrain connu, pour ne pas dire balisé.

 

Les cordes sont bien entendu à l’honneur, passant d’un calme poétique à une furie dévastatrice (si, si !) appuyées avec force par des chœurs lyriques et une orgue lugubre.

Mais cela étant dit jamais Elfman ne se parodie lui-même, recyclant plutôt avec talent une palette sonore qui a fait ses preuves et fonctionne toujours aussi bien, la preuve, sur ces Disparus de Bois sur Mer, enquête paranormale aux saveurs de manga, ce score apporte une atmosphère des plus agréable !

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
7 mars 2020 6 07 /03 /mars /2020 17:35

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  BOTS 3

 

 

C'est de qui ? Ducoudray & Baker

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui, ensemble et séparément.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nos deux compères devenus parents improvisés du dernier homme sur Terre (enfin bébé sur Terre pour le moment!) sont tombés de Charybde en Scylla, s'évadant du pénitencier où ils étaient incarcérés pour se retrouver piégés au sein d'une secte de bots cherchant à rebooter l'humanité via un niveau souterrain secret au fond d'un supermarché désaffecté envahi de robots zombis !

Rip-R et War-Hol vont devoir se lever les boulons de la carte mère pour sauvegarder l'élu en couches culottes !

 

Ce troisième et dernier tome de la trilogie Bots est à l'image des précédents : une aventure aussi délirante que réussie qui brocarde tout un pan de la SF à grands coups de références bien placées, de répliques qui font mouche et autre clins d’œils jouissifs à tout un pan de la culture ciné et BD des 3 dernières décennies.

 

Cerise sur le gâteau le graphisme cartoony coloré de Steve Baker est le compagnon idéal au scénario du prolifique et inspiré Aurélien Ducoudray !

 

(ah, non, la vraie cerise sur le gâteau c'est, comme dans les long métrages Marvel, la scène « post-générique » qui vaut son pesant de circuits imprimés!)

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :BLACK SITE

 

 

C'est de qui ? M. Sweiry

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Difficile de passer au travers de ce revival aussi lourdingue qu'inutile des années 80, pourtant l'une des pire décennie qui soit du siècle dernier et à bien des niveaux (rien que vestimentaire et musicalement déjà on atteint des sommets), entre le succès de Stranger Things, celui – plus mérité déjà de Dark ou encore celui à venir du prochain Wonder Woman.

 

Max Sweiry et le réalisateur de Black Site ayant déjà oublié que des films comme The Keep ou le 6° Sens (celui de Michael Mann) sont aujourd'hui inregardables à cause de leur musique, ont donc néanmoins joué la carte de la hype en choisissant une partition tournée vers les synthés new age à fond, heureusement renforcé de ci de là par des effets électroniques de post prod plus contemporains.

 

Après, que ce soit coté suspense ou action énervée, les pistes du compositeur britannique font le job, mais avec cette conclusion de Bots c'est plutôt le coté décalé qui joue a fond, rendant l'histoire encore plus loufoque.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 09:39
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  FREAKS SUEELE FUNERAILLES 6

 

 

C'est de qui ? F. Maudoux

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui sur les tomes précédents entre autre.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que la flotte aérienne de la XIII° Légion approche de Rem pour un affrontement qui s’annonce dantesque, Funérailles expérimente une solution pour ramener les tombés au combat, se basant sur l’expérience de mort de son amie (et compagne commune à son frère) .

Scipio quant à lui, s’il souhaite venger la mort de Spartacus, son père, va se révéler plus tacticien voire pacifiste, profitant de la politique jusqu’au-boutiste de Rem sur la circonscription des enfants dans l’armée.

 

Fin de cycle chargée pour le spin off de Freaks’ Squeele avec un sixième tome qui propose un bel équilibre entre psychologie des personnages et scènes chocs ; le tout toujours dans un style graphique sombre, hybride et foisonnant !

 

Si j’évoquais, entre autre, les Chevaliers du Zodiaque dans mes chroniques des tomes précédents de Funérailles, ce n’était pas pour rien. En effet, les parallèles entre l’œuvre riche et dense de Forent Maudoux et la série animé sont nombreux et d’ailleurs, en fin d’album, l’auteur se livre à une analyse intéressante des personnages de Saint Seya.

 

Une boucle est bouclée, la prochaine peut débuter !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SAINT SEYA. ASGARD.

 

 

C'est de qui ? S. Yokoyama

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Comme beaucoup (comme Florent Maudoux probablement) J’ai découvert vers 12/13 ans les Chevaliers du Zodiaque sur le Club Dorothée.

 

Mon arc favori reste sans hésitation celui d’Asgard où la bande à Seya affronte dans des combats aussi épiques qu’interminables une poignée de chevaliers badass aux patronymes empruntés au petit bonheur à la mythologie nordique.

 

Je me souviens encore fort bien que les illustrations musicales de cette saison m’avaient marqué par leur puissance évocatrice, la variété des thématiques et les instruments utilisés (même si pour la plupart ils n’étaient probablement que virtuels).

 

Le piano et les cordes penchaient ostensiblement vers des choses plus noires, plus tragiques tandis que les scènes de combat voyaient un retour certes discret mais bien présent de l’électricité. La harpe et la flute avaient également une place intéressante dans la partition.

 

Si la B.O de Saint Seya peut paraître datée aux standards d’aujourd’hui, l’influence de l’anime sur l’œuvre de Maudoux et le coté décalé qu’elle lui apporte en ont fait une compagne musicale très fun.

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
24 décembre 2019 2 24 /12 /décembre /2019 08:30
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? CAHIER DE VACANCES DE NOËL POUR ADULTES GEEKS ET DEVIANTS

 

 

 

C'est de qui ? Run et son crew

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui la plupart.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Si (comme moi je l’avoue), chaque été vous forcez vos chères têtes blondes à s’acquitter du traditionnel et barbant cahier de vacances, vous allez pouvoir leur faire croire montrer à noël que vous aussi vous sacrifiez à l’exercice.

 

 

Et c’est là que vous pourrez remercier Run et sa bande du Label 619 qui vous ont concocté ce délirant fascicule où en suivant en fil rouge l’embrouille entre le Père Noël et Saint Nicolas, façon clash Booba/Kaaris, vous allez apprendre plein de choses sur noël et ses traditions…ou pas en fait mais peu importe.

 

 

Le fleuron de l’écurie a répondu à l’appel de son créateur, et, de Florent Maudoux à Mangysheep en passant par Mathieu Bablet, chacun y va de sa page de BD, de son anecdote destroy, de son jeu déviant (la variation du jeu de l’oie vaut le détour !) et autres joyeusetés subversives qui ravira les plus punks à chiens d’entre vous qui auront même la joie de pouvoir faire une crèche avec les héros du Label ou encore de décorer leur sapin avec une affriolante mère noël !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :THE MIX UP

 

 

C'est de qui ? Beastie Boys

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si tout amateur de hip-hop qi se respecte (et qui a plus de 20 ans aussi probablement) reconnaîtra que les Beastie Boys sont un groupe majeur de l’histoire du rap, ce que l’on sait moins, c’est que, à l’instar de combo comme The Roots, les compères de Mike D sont également d’excellents instrumentistes.

 

The In Sound from the way out, sorti quelques années avant ce LP, regroupait quelques instrumentaux présents sur les galettes précédentes qui confirmaient ce fait.

Pour The Mix Up ce sont de nouvelles compositions qui ont été inspirées aux B.Boys en réponse à la question « Que vous inspire le Hip Hop aujourd’hui ? » (nous sommes en 2007).

 

Désireux de montrer que le genre est avant tout un creuset d’influences en perpétuel évolution, probablement l’un des seuls à savoir encore évoluer et se renouveler, les musiciens opèrent un retour aux sources musicales avec guitare wah-wah aux cocottes funky, batterie groove jusqu’à plus soif, claviers funky en diable et autres lignes de basse slapées.

 

Le résultat dépasse évidement les limites du genre et, plus d’une décennie après sa sortie, reste d’une fraicheur à toute épreuve. Quoi de mieux qu’un bon album d’instrus de qualité et qu’une bonne bière tisane pour aller avec ce cahier de jeux hautement intellectuels ?!

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
bobd - dans Ankama Jeux Run Label 619
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 10:29

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MIDNIGHT TALES 4.

 

 

C'est de qui ? Bablet, Neyef, Secheresse,...

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisés chez nous? La plupart oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Ankama

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Le premier épisode de ce nouveau tome est très d'actualité puisqu'il aborde en toile de fond le harcèlement au féminin (ici décliné dans une version évidement horrifque) puis on enchaîne sur une variation écologique glaçante avec un lac hanté où nos sorcières vont avoir des choix cornéliens à faire. 

 

La troisième histoire est une sorte de mix hasardeux mais prenant entre un épisode des Contes de la Crypte et du film The Wariors le tout dans une fête foraine abandonnée, et on terminera  sur la suite de Devil's Garden, fil rouge des autres albums.

Ce quatrième opus de Midnight Tales proposent une conclusion solide à cette saison 1, l'anthologie, si elle a les atouts et les défauts de feu sa grande sœur DoggyBags, tient néanmoins bien ses promesses.

 

Mathieu Bablet et sa dream team gèrent leur univers avec métier, le développant petit à petit pour tisser une toile qui a pris une belle ampleur au fil des tomes.

Graphiquement, si les styles sont toujours assez disparates - d'aucuns diraient inégaux-l'ensemble ne manque pourtant pas d'unité et sert plutôt bien son propos.

 

On sera bien entendu présents pour une seconde saison qui s'annonce dores et déjà aussi palpitante qu’effrayante !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :LEVRES DE SANG

 

 

C'est de qui ? D. Lepaw

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Ah, Jean Rollin ! Pourvoyeur de films d 'épouvante lascifs et gentiment sulfureux, et responsable de nombreux émois adolescents (non pas les miens, je suis de la génération d'après!).

 

Ce Lèvres de Sang est peut être un de ses plus réussi, et ce malgré une coupe budgétaire de dernière minute ; il recèle d'intéressants passages onirico-cauchemardesques que Didier Lepauw met en musique avec une économie de moyen intelligente dont le dépouillement instrumental permet des changements d'ambiances d'autant plus frappants.

 

L'ensemble pourrait sonner daté, il est intéressant de noter que la date du film et des histoires de ce quatrième tome de Midnight Tales est la même !

 

Pour info, notez qu'une version bien plus hardcore du film est également sortie peu après, pour des raisons bassement commerciales, que Rollin considérera comme le chant du cygne de sa production vampirique.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
bobd - dans Ankama Fantastique Bablet

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags