15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 15:31
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CITES. LIEUX VIDES, RUE PASSANTES.

 

 

C'est de qui ? J. Harder

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud / L’An 2

 

 

Déjà croisé sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Jens Harder, auteur habitué aux concepts de haut vol, responsable de deux volumes sur la civilisation et l’art qui imposent le respect par leur conception et leur traitement (et dont on espère un jour voir la suite et fin), a sorti l'an passé un recueil de reportages réalisés dans une quinzaine de villes du monde entre l’aube de l’an 2000 et la fin des années 2010 qu'il m'a semblé très d'actualité à chroniquer.

 

En effet au gré de diverses manifestations, souvent en rapport avec le monde de la BD dans le cadre de festivals par exemple, il nous invite à visiter Berlin, Jérusalem, Marseille, Naples, Montréal et j’en passe.

Les paginations sont variables ça va de la double page à plusieurs dizaines en fonction du temps passé sur place, de l' évenement et, surtout, du ressenti de l’auteur. Les plus développées restent –forcément- les plus intéressantes.

 

 

Ainsi, en résidence à Marseille lors de ses études, Harder s’est pris d’affection pour la cité phocéenne, que je connais plutôt pas mal, y ayant habité à la même époque que lui. On sent d’ailleurs au travers du coup de crayon de l’artiste l’âme cosmopolite du lieu, fort bien rendue.

Jérusalem a également droit à un large développement. Harder s’intéresse à la vie religieuse compliquée du lieu avec une distanciation bienvenue.

Pour les fragments plus courts, quelques chroniques sont peut-être un peu plus anecdotiques mais restent d’intéressants témoignages.

 

En cette époque compliquée de confinement/déconfinement, distanciation et autres restrictions de déplacements, Cités est une invitation au voyage dépaysante s’il en est.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE GNOSTIC PRELUDES

 

 

C'est de qui ? J. Zorn

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas mal de fois oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? On l’a dit déjà dans nos pages, trouver un musicien aussi éclectique et passionnant que John Zorn n’est pas donné au premier mélomane venu.

 

Défricheur de genre, mélangeur d’influences, compositeur passionné et toujours en quête de renouveau et de recherche, Zorn ne joue pas sur The Gnostic Preludes, album conceptuel faisant partie de la période mystico-théologique du musicien.

 

Ses compositions sont interprétées par un trio inhabituel puisque on y retrouve un harpiste, un percussionniste (vibraphone) et rien moins que Bill Frisell aux guitares (les initiés apprécieront).

 

Si la richesse musicale est toujours là, on est loin des délires aux limites de l’impro auxquels a pu nous habituer Zorn. Pas de phrasés compliqués, pas de tessitures ramifiées… ces Préludes se caractériseraient même plutôt par un sens de la mélodie calme, aérienne parfois, pour ne pas dire planante. Le tout sur des arrangements travaillés sans être démonstratifs.

 

Un album qui inviterait presque à la rêverie, voir à la méditation ; la bande son d’un voyage virtuel dans les pages d’une BD toute aussi atypique.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 08:18

 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  ŒUVRES COMPLETES

 

 

C'est de qui ? Fletcher Hanks

 

 

La Couv':

 

Je détruirais tous les comics civilisés!  /  Fletcher Hanks Oeuvres Complètes  Vs.  Fire Maidens Of Outer Space

 

Déjà lu sur B.O BD? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud/ l’An 2

 

 

 

Une planche:

 

 

Je détruirais tous les comics civilisés!  /  Fletcher Hanks Oeuvres Complètes  Vs.  Fire Maidens Of Outer Space

 

Ca donne Quoi ? Pendant trois courtes années, entre 39 et 41, sous différents pseudos, Fletcher Hanks, énigme du comics US s’il en est, met un grand coup de pied dans la fourmilière en publiant des séries surréalistes avec des  héros aux noms plus délirants les uns que les autres, brocardant une poignée de genres avant même leur apogée.

 

Curieux de voir que la censure de l’époque ait laissé passer certains strips même si aux canons d’aujourd’hui tout ceci doit être lu avec un recul certain voire un second degré (minimum !) appuyé, et passe plus pour du burlesque délirant qu’autre chose.

Entre Tabu le sorcier de la jungle, Big Red Mc Lane, Stardust et, last but not least, Fantomah, le panel complet des genres de l’époque passe à la moulinette dans les aventures décalées de ces grands frères et sœurs abâtardis des Tarzan, Wonder Woman et autre Superman. Si les scénarios sont assez basiques ils ont le mérite d'être variés et de ne reculer devant aucune invraissemblance.

 

Je détruirais tous les comics civilisés!  /  Fletcher Hanks Oeuvres Complètes  Vs.  Fire Maidens Of Outer Space

 

Coté graphismes également on oscille entre le minimalisme suranné et l’extravagance colorée, avec des choses assez marquantes sur la narration visuelle parfois noyées dans un chaos brut et outrancier.

 

Bref ces histoires d’un autre âge, encensées peut être un peu vite Outre Atlantique depuis quelques décennies, mais très fun à (re)découvrir, ont le mérite, dans cette version richement éditée par L’An 2 de ramener sur le devant de la scène undreground un artiste qui n’aurait pas usurpé ce qualificatif.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :FIRE MAIDENS OF OUTER SPACE

 

 

C'est de qui ? R. Stein

 

 

La Couv':

 

Je détruirais tous les comics civilisés!  /  Fletcher Hanks Oeuvres Complètes  Vs.  Fire Maidens Of Outer Space

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Parmi la ribambelle de navets série Z que Stein a mis en musique, seul ou accompagné,  voire sans y participer !(pas mal de ses compositions ont été récupérées et/ou mélangées pour illustrer une flopée de films de cette époque) Fire maidens from outer space figure probablement dans le top 10 des plus cheap et bâclés.

 

Ce voyage sur la 13°lune de Jupiter (si, si !) avec ses effets spéciaux réalisés par un enfant de 9 ans et son  numéro de de dance ridicule tient plus de la parodie que de la SF dont il se réclamait probablement à l’époque avec déjà beaucoup de présomption !

 

Seul élément récupérable donc, la musique de l’infatigable compositeur au talent éprouvé par des années de partitions dédiées aux images avec un sens de l’illustration et de l’efficacité, même avec peu d’instruments, que peu de ses contemporains lui disputaient.

Des thèmes sur peu de notes, utilisant les cuivres pour les moments d’action et de tension et les cordes pour les montées en puissance et le suspense sourd, Stein fait ce qu’on attend de lui avec métier.

 

Totalement conseillée avec les œuvres d’Hanks avec qui elle partage un goût de fantastique cheap old school assez « plaisir coupable » voire même régressif !

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 08:30

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  GILGAMESH

 

 

C'est de qui ? J. Harder

 

 

La Couv':

 

 

La source de tous les mythes  /  Gilgamesh  Vs.  Passion: Sources

 

Déjà croisé sur B.O BD? Oui

 

 

 

C’est édité chez qui ? Actes Sud/L’An 2

 

 

 

Une planche:

 

 

La source de tous les mythes  /  Gilgamesh  Vs.  Passion: Sources

 

 

Ca donne Quoi ? Marquant une pause dans son ambitieuse tétralogie Alpha/Beta… Jens Harder vient de concrétiser un projet sur lequel il travaillait depuis quelques années, une version fidèle graphiquement du récit épique Giglamesh (après Alpha en fait dans lequel il évoquait le sujet qu’il a eu envie de développer) .

 

Epopée antédiluvienne souvent considérée comme la mère de nombre des mythes importants de l’Histoire (de la Bible aux Travaux d’Hercule en passant par les écrits d’Homère), la légende de Gilgamesh nous présente le roi d’Uruk, première ville de la civilisation, personnage d’origine divine plus grand que nature (au propre comme au figuré !) dont les actes et décisions démesurés poussent la population à demander de l’aide aux dieux.

Ces derniers vont créer Enkidu, autre être hors normes qui deviendra son ami, son compagnon, avec lequel ils accompliront maints exploits.

Fidèle à sa vision hautement conceptuelle du medium, Jens Harder opte ici pour une approche graphique qi se rapproche des bas reliefs sculptés retraçant l’épopée originelle.

 

Si, comme moi, pour vous la BD peut (doit) avoir ou prendre des formes multiples, si la lecture de choses aussi anciennes et en apparence loin de l’image que l’on a aujourd’hui de la narration séquentielle, que peuvent être le Prince Valiant de Foster (avec lequel Gilgamesh partage l’absence de phylactères) ou les « BD » de Gustave Doré sont un plaisir ; cette version de Gilgamesh (que je recommande néanmoins de lire par épisodes et non d’une traite), vous intéressera très probablement

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : PASSION : SOURCES

 

 

C'est de qui ? Divers.

 

 

La Couv':

 

La source de tous les mythes  /  Gilgamesh  Vs.  Passion: Sources

 

Déjà entendu chez B.O BD? Probable, mais difficile à dire.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Scorcese est l’un de ces réalisateurs qui préfèrent en général illustrer ses longs métrages de morceaux de musique pop-rock déjà existants plutôt que de leur faire composer une partition exprès.

 

Si, reconnaissons le, et contrairement à certains, en général le procédé fonctionne bien, dans certains cas cela s’avère clairement infaisable. Dans le cas de films historiques comme Kundun ou Gangs of New-York, le réalisateur a par exemple afit appel à des compositeurs ; c’est également le cas de sa fort controversée adaptation de La Dernière Tentation du Christ où on aurait mal vu un morceau des stones accompagner le chemin de croix (quoique que Sympathy for the Devil aurait été amusante, mais passons).

 

C’est à Peter Gabriel, ex membre fondateur de Genesis et musicien majeur de son époque s’il en est que Scorcese demande une musique d’un genre nouveau, à la fois ancienne et moderne, qui ne soit pas une resucée de choses existantes et qui aurait de nettes références aux lieux et époques de l’histoire.

 

Gabriel écoutera donc nombre de morceaux de musiques folkloriques africaines, mais également d’Inde, du Pakistan, d’Iran…avant de faire sa propre mixture à base d’électronique et de rituel.

 

Plus intéressant à mon goût et cet album « compagnon » qui compile les morceaux sus-cités, les influences de la B.O (sorte de catalogue également du label Real World de Peter Gabriel d’ailleurs).

 

Un creuset sonore d’ambiances d’ailleurs tout à fait passionant (sic !) avec cette vision ors norme de la légende de Gilgamesh.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags