20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 09:06
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LE CHEVALIER ERRANT

 

 

C'est de qui ? Avery & Miller.

 

 

La Couv':

 

Valar Morgulis  / Le Chevalier Errant  Vs.  Telltale Game Of Thrones

 

Déjà croisés sur le site?Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

 

Une planche:

 

Valar Morgulis  / Le Chevalier Errant  Vs.  Telltale Game Of Thrones

 

 

Ca donne Quoi ? Au moment où cette chronique sera mise en ligne, il ne restera qu’une poignée d’heures avant que nous découvrions la conclusion d’une des plus grandes séries TV de fantasy que nous ait donné le petit écran.

 

Adaptée de la saga best seller (qui n’aura probablement jamais de fin elle par contre) de Georges R.R. Martin, Game of Thrones aura captivé un audimat fidèle voire en hausse durant presque une décennie, et ce grace à des atouts indéniables.

 

Puisant ses sources dans l’Histoire, y ajoutant quelques ingrédients purement fantasy et, surtout, dressant toute une galerie de portraits forts aux échanges savoureux, Game of Thrones n’a pas usurpé son succès, même si les dernières saisons auront déçu –plus ou moins à raison, faute de matériau littéraire et/ou de désintérêt des créateurs de la série ayant déjà la tête ailleurs (dans une galaxie lointaine, très lointaine probablement)- les fans de tous poils.

 

 

Valar Morgulis  / Le Chevalier Errant  Vs.  Telltale Game Of Thrones

 

Pour prolonger le plaisir Dargaud vient de publier l’adaptation en comics d’une nouvelle de Martin, tirée de la série Tales of Dunk and Egg, qui narrent les mésaventures d’un chevalier errant, Duncan le grand, et de son écuyer Egg (Œuf en VF) qui est en fait un jeune Targaryen (Aegon d’où le diminutif) qui cache son identité.

 

The Mystery Knight (l’œuf du Dragon) est la seconde de ces nouvelles à s’être vue décliner en BD (la première était The Hege Knight, chroniquée ici il y a déjà fort longtemps) nos deux héros, en route pour Winterfell afin de se mettre au service des Starks contre les Greyjoy, s’arrêtent dans un château où est clébré un mariage. Alors que Duncan participe à la joute, il réalise que la fête est surtout une occasion pour une faction dissidente de fomenter une rébellion contre la Roi et sa Main.

 

Si l’on n’est pas tout à fait dans le même registre que GOT, avec une intrigue plus resserrée, moins de personnages (quoique les citations de noms divers et variés perdent parfois un peu le lecteur non afficionado) et plus d’action, Le Chevalier Errant porte bien la signature de son auteur et les amateurs de la série TV prendront plaisir à retrouver des patronymes connus et de vieilles rancoeurs encore d’actualité dans GOT.

 

Le dessin, hyper réaliste aux couleurs appuyées, est typique du comics US et ne plaira peut être pas à tout le monde (bien qu’il soit fort soigné) mais l’esprit lui est bel et bien là.

 

And now our watch begins !

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : TELLTALE GAME OF THRONES

 

 

C'est de qui ? Jared Emerson-Johnson

 

 

La Couv':

 

Valar Morgulis  / Le Chevalier Errant  Vs.  Telltale Game Of Thrones

 

Déjà entendu chez B.O BD? Pas sûr.

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Comme toute grosse production à succès, la série Game Of Thrones s’est vue déclinée en maints produits dérivés et autres supports divers.

 

Le monde du jeu vidéo, important s’il en est aujourd’hui sur le marché du loisir multimédia, s’est évidement lancé dans la brèche avec plus ou moins de réussite. Telltale s’est spécialisé dans les aventures type Jeu de Rôle en première personne sur des adaptations de choses connues comme Fables (l’excellente série comics), Batman, ou encore The Walking Dead.

Game Of Thrones fait également partie de leur catalogue, le joueur incarnant un membre d’une maison mineure qui est amené à côtoyer les personnages clés de la série dans une aventure plutôt bien fichue (du moins dans les premiers épisodes je ne suis pas allé au bout du jeu, trop chronophage pour moi).

 

Jared Emerson Johnson est responsable des scores de ces jeux chez Telltale et son boulot sur GOT est assez remarquable dans le fait qu’à aucun moment il ne cherche à plagier ou singer les B.O de Ramin Djawadi – très redondantes par ailleurs hélas avec certes quelques exceptions-  mais s’imprègne autant de l’atmosphère de suspense du scénario et de la série en général, que du background médiéval.

 

Il a écrit une quantité assez impressionnante de pistes (souvent la norme pour un jeu vidéo de ce type) avec très peu de répétitions et un champ sonore varié et au large spectre, recréant les différentes ambiances géopolitiques afférentes à la série TV. L’orchestre est utilisé avec intelligence, le violoncelle notamment étant souvent présent pour un bel effet.

 

Un bien bel accompagnement pour ce « spin off » de Game Of Thrones en comics, en attendant une éventuelle série dérivée en cours de préparation en ce moment même (croisons les doigts).

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 10:18
 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  QUI A PEUR DES CONTES DE FEE ?

 

 

C'est de qui ? Trillo & Breccia

 

 

La Couv':

 

Qui craint le grand méchant conte?  /  Qui a peur des contes de fée?  Vs.  Toby Dammit

 

Déjà lus chez nous? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Revival

 

 

Une planche:

 

Qui craint le grand méchant conte?  /  Qui a peur des contes de fée?  Vs.  Toby Dammit

 

Ça donne Quoi ? Fin des années 70, alors qu’en Argentine la dictature bat son plein, deux des grands maîtres de la BD sud-américaine (voir mondiale, soyons fous), surveillés par le régime en place, se lancent dans l’adaptation d’une poignée de contes traditionnels qu’ils vont remplir d’allusions dissimulées ô combien parlantes aujourd’hui.

 

Ajoutez à cela que Breccia et Trillo reprennent les textes d’origine et leur symbolique là où Disney l’avait honteusement cachée sous le tapis, et vous vous retrouvez avec des versions hautement subversives, déjantées au possible et politiquement incorrecte (en bref, ce qu’elles étaient supposées être dès le départ).

 

L’autre grand intérêt de ces cinq histoires courtes, parues à l’origine dans des périodiques spécialisés (et jamais traduites chez nous) réside dans sa partie graphique. Breccia, défricheur dans différents domaines, de la narration à la composition, et amateur passionnant de techniques iconoclastes, s’amuse à réaliser des collages de matières, de photos, de dessins et autres morceaux de tissus par-dessus lesquels il dessine des personnages ubuesques, plus grands que nature, le tout dans un feu d’artifice chatoyants de couleurs d’une autre époque.

 

Témoignage historique et culturel, expérimentation visuelle à une époque où photoshop relevait de la science-fiction, Qui a peur des contes de fée ? est un ouvrage qui devrait interpeller tout amateur de 9° art éclairé !

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : TOBY DAMMIT

 

 

C'est de qui ? Nino Rota

 

 

La Couv':

 

Qui craint le grand méchant conte?  /  Qui a peur des contes de fée?  Vs.  Toby Dammit

 

 

Déjà entendu sur le site? Oui.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Indissociable du nom de Federico Fellini, Nino Rota a composé quasiment toutes les B.O du réalisateur.

 

Dans Histoires Extraordinaires,  film à sketch datant de 68, adaptations de E.A. Poe par Louis Malle, Roger Vadim et, donc, Fellini, il réalise une version psychédélique de Ne Pariez jamais votre tête au diable où un acteur britannique adepte de paradis artificiels se voit embringué dans un tournage de western catho (sic !) et finit par y rester.

 

Fidèle à leurs habitudes musicales –les deux hommes travaillent ensemble depuis une quinzaine d’années déjà- Rota et Fellini optent pour une partition décalée - où l’on entend de l’orgue, un moog ou encore des bois groovys et joyeux -qui emprunte autant à la musique pop, qu’à celle du cirque, avec des réminiscences de jazz le tout non dénué, de çi de là, de touches plus sombres.

 

Une B.O aussi  délicieusement surannée que la BD de chez Revival.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 13:36

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LA PRINCESSE DE CLEVES

 

 

C'est de qui ? Catel & Bouilhac

 

 

La Couv':

 

La Princesse en BD  /  La Princesse de Clèves  Vs.  The Tudors
  •  

Déjà lues chez nous? Non

 

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud

 

 

 

Une planche:

 

La Princesse en BD  /  La Princesse de Clèves  Vs.  The Tudors

 

Ca donne Quoi ? Adapter La Princesse de Clèves en 2019 est une entreprise osée tant le décalage entre le propos de l’œuvre et les moeurs actuelles semble infini.

 

Notez que je n’ai aucun problème avec les classiques, dans un genre plus ou moins approchant (étude sociétale, drame romantique, œuvre féministe) j’aime beaucoup Madame Bovary et Les Liaisons Dangereuses est un de mes dix romans préférés.

Mais chez Laclos ça trompe, ça manigance, ça couche, ça abandonne avec fracas, ça meurt de façon relativement dramatique voire violente.

 

Dans La Princesse de Clèves, tout est plus doux, plus alangui, l’on observe et l’on parle plus que l’on n’agit. Travaillant avec des adolescents et jeunes adultes depuis plus de 16 ans j’ai même le souvenir d’une remarque de l’un d’entre eux qui avait étudié des extraits du roman en cours de français que je vous ressors verbatim : « Putain, c’est l’hallu, y se passe rien ! »

 

Bon, bref, donc, vous l’aurez compris je n’ai pas été transporté par l’intrigue de La Princesse de Clèves mais j’ai cependant apprécié cette version en bandes dessinée à quatre mains à plus d’un titre (les deux artistes ont co-écrit le scénario, Catel dessine l’introduction et la conclusion où l’on retrouve Madame de Sévigné, tandis que Claire Bouilhac illustre le roman lui même).

 

L’effort apporté à la narration et au découpage arrive à faire passer des textes assez fournis sans aucune pesanteur, et à rendre l’histoire  prenante. La partie graphique quant à elle, au style semi-réaliste intemporel, emprunte autant au franco-belge classique qu’à l’illustration jeunesse, avec des couleurs douces et des visages expressifs.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : THE TUDORS SEASON 4

 

 

C'est de qui ? Trevor Morris

 

 

La Couv':

 

La Princesse en BD  /  La Princesse de Clèves  Vs.  The Tudors

 

Déjà croisé dans le coin? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? A l’écoute des musiques des Tudors, on a du mal à imaginer que c’est le même compositeur qui a collaboré extensivement avec Hans Zimmer et écrit des B.O de séries comme Vikings ou de jeux comme Castlevania.

On regretterait presque que Trevor Morris ne soit pas plus sollicité pour des scores historiques purs tant son travail sur la série est remarquable.

 

De son propre aveu, le canadien a tenté de marier les sonorités et spécificités de l’époque avec une certaine modernité dans l’écriture et l’exécution. Ainsi, la cohabitation d’instruments traditionnels dans des modes parfois inhabituels et de boites à rythme ne choquent pas un instant.

 

Morris ne cherche pas à être un puriste et assume ses choix, souvent payants, exprimant avec une certaine puissance évocative le drame historique et la passion qui habitent cette reconstitution. Une B.O contemporaine de la Princesse de Clèves (nous noterons pour l’anecdote, même si ce n’a a pas de relation historique avec le personnage-fictif- du roman, que la quatrième épouse d’Henry VIII dans cette saison des Tudors est  Anne de Clèves) et souvent très à propos sur cette version BD inspirée.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

Repost0
11 avril 2019 4 11 /04 /avril /2019 10:39

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  CONAN LE CIMMERIEN. LA CITADELLE ECARLATE.

 

 

C'est de qui ? Brunschwig et Le Roux.

 

 

La Couv':

 

Le Roi...des Barbares!  /  La Citadelle Ecarlate  Vs.  Gunan Il Guerriero

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

 

Une planche:

 

Le Roi...des Barbares!  /  La Citadelle Ecarlate  Vs.  Gunan Il Guerriero

 

 

Ca donne Quoi ? Cinquième volume des adaptations de Robert Howard chez Glénat, La Citadelle Ecarlate se distingue des précédentes car elle évoque la période où notre barbare est roi d'Aquilonie, ses années d'errances aventureuse étant derrière lui.

 

Pourtant n'allez pas croire que les rebondissements et autres péripéties sanglantes ne sont pas au rendez-vous, bien au contraire.

Trahisons, mise au cachot, rencontres de créatures cauchemardesques et autres batailles rangées, le tout sur fond de manigances et de vengeance, sont les composantes de cete histoire où Conan aura à affronter ses peurs du surnaturel, son rejet d'une civilisation corrompue et la trahison de ses proches.

 

Le récit d'origine fort bien repris par Luc Bruschwig et mis en image par un Etienne Le Roux inspiré par son sujet.

 

Entre les scènes de combat épique, un bestiaire aussi varié qu’impressionnant et une narration nerveuse et rythmée, cette version est une des meilleures de la collection (pour l'instant of course),

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : GUNAN IL GUERRIERO

 

 

C'est de qui ? R. Pregadio

 

 

La Couv':

 

Le Roi...des Barbares!  /  La Citadelle Ecarlate  Vs.  Gunan Il Guerriero

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Série Z transalpine sortie la même année que le Conan de Milius, avec l'ambition aussi vaine qu'affichée de le concurrencer, cette tentative est, ne nous voilons pas la face, complètement ratée.

 

Roberto Predagio, autre stakhanoviste italien de l'époque, écrit une partition assez passe partout, qui tire plus du péplum héroïque (genre que la Cinecitta a autant surexploité – sinon plus- que le western spaghetti), que de l'Heroic Fantasy.

 

Néanmoins on appréciera la dimension épique de certains passages où brillent les cuivres et l'aspect très rythmique de la B.O de manière générale.

Si le choix peut paraître décalé d'un point de vue genre, il donne un coté « pulp » à cette Citadelle Écarlate qui n'est pas désagréable ; on pourra cependant préférer sans problèmes un score plus actuel et plus rentre-dedans.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 07:35

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi ?  AU CŒUR DES TERRES ENSORCELÉES

 

 

C'est de qui ? M. Surducan

 

 

La Couv':

 

Au coeur des contes  /  Au coeur des terres ensorcelées  Vs.  Shéhérazade

 

Déjà lu par ici? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de l’Etrange

 

 

Une planche:

 

Au coeur des contes  /  Au coeur des terres ensorcelées  Vs.  Shéhérazade

 

Ca donne Quoi ? Un vieux roi aveugle, exaspéré qu’un oiseau merveilleux dérobe les pommes d’or de son arbre magique, envoie ses trois fils capturer le volatile.

 

Le plus pur d’entre eux va, au fil de rencontres plus étranges les unes que les autres (un homme qui se change en loup, un roi féru d’inventions volantes, une belle jeune femme,…) réussir là où ses frères, avides de pouvoir et corrompus, ont échoué.

 

Au travers d’un mélange de féérie directement héritée de l’univers des contes (Maria Surducan a compilé trois légendes de l’Est pour écrire son scénario), et de steampunk, Au Cœur des terres ensorcelées prend également une dimension écologique avec un passage sur la modernisation au dépend de la nature.

 

Le style graphique de l’artiste, qui emprunte aussi bien à l’illustration qu’à la BD jeunesse, enrichi de décors hachurés façon carte à gratter (que nous n’avions rencontré qu’en noir et blanc chez nous mais qui rendent tout aussi bien en couleur !) finit de faire de cet album au format atypique une lecture aussi agréable qu’originale.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : SHEHERAZADE

 

 

C'est de qui ? A. Hossein

 

 

La Couv':

 

Au coeur des contes  /  Au coeur des terres ensorcelées  Vs.  Shéhérazade

 

Déjà entendu chez B.O BD? Une fois ou deux probablement.

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après une poignée de B.O pour les films de son fiston, André Hossein a l’occasion de se replonger dans ses origines musicales avec  cette adaptation des Mille et Une Nuit internationale à gros budget.

 

Le compositeur, qui a déjà derrière lui un solide bagage classique qu’il emploie sur des thèmes romantiques puissants, dignes des superproductions hollywoodiennes de l’époque, où les cordes virevoltent sur des cymbales endiablées.

 

Il marie à son orchestre des instruments typiques qui apportent la couleur exotique comme la flute, le tar (instrument à cordes perse dont il était passé maître) ou encore les clochettes.

 

Une B.O de haut vol dont le mélange grand spectacle et ambiance orientale est tout à fait de circonstance avec le très bel album de Maria Surducan.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags