19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 15:34
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? TROIS CONTES DE FANTOMES

 

 

C'est de qui ? Camille Garoche adapte Maupassant.

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Déjà croisée sur le site? Non

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si vous suivez B.O BD depuis longtemps, vous savez qu’aux cotés de gens comme Oscar Wilde et Joseph Conrad, Guy de Maupassant fait partie de mon panthéon personnel d’auteurs incontournables.

 

Découvert, comme probablement beaucoup, via les cours de français je me souviens être tombé amoureux du style de l’auteur normand et avoir avidement dévoré l’intégrale de ses œuvres (sous la forme des 2 gros volumes à couvertures souples de la collection Bouquins de chez Robert Laffont).

C’est toujours avec un plaisir non dissimulé que je le relis quand l’occasion m’en est donnée et quand, en plus, elle l’est sous un forme aussi belle que l’album du jour, c’est un régal.

 

Camille Garoche, d’habitude plutôt versée dans l’illustration jeunesse, a choisi trois nouvelles dans le registre fantastique : Apparition, dans laquelle un homme rencontre le spectre de l’aimée d’un de ses amis et doit la coiffer ; Le Tic, effrayant conte d’une jeune fille enterrée vivante et enfin La Morte, probablement l’un des plus gothiques histoires de son auteur où des morts reviennent à la vie le temps de modifier les épitaphes qui ornent leurs tombeaux !

 

Avec un véritable talent d’orfèvre, Camille Garoche les illustre dans un fin mélange de dessins et de créations papier en 3D, le tout arrangé dans des petites mises en scènes qu’elle prend ensuite en photo, voire agrémente d’effets (le tout joliment expliqué en fin d'album d'ailleurs).

 

L’effet est saisissant et fait honneur aux textes de Maupassant, apportant à Apparition, Le Tic et La Mort une autre dimension (c’est le cas de le dire !)

 

Un album magnifique –un de plus dans la collection Métamorphoses- qui fera à n’en pas douter un bien beau cadeau au pied du sapin dans un peu plus d’un mois !

 

 

- - - - - - - - - - - - -

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  HISTOIRE(S) A DORMIR DEBOUT

 

 

C'est de qui ? P. Rodriguez

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Les Aventuriers de L’Etrange

 

 

Déjà lu chez nous? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Et puisque l’on parle de Maupassant, c’est en fort bonne compagnie qu’on le retrouve dans le recueil Histoire(s) à dormir debout puisqu’il côtoie d’autres maîtres du fantastique parmi lesquels Edgar Allan Poe, Sheridan Le Fanu, Robert Louis Stevenson ou encore John William Polidori (excusez du peu !).

 

Pedro Rodriguez revisite ici sept histoires qui font froid dans le dos, dans son style graphique si particulier à la croisée des genres (un peu de jeunesse, un peu de cartoon et de franco belge...), fort décalé ici (pour un effet saisissant!)

Si certains textes sont connus, comme le classique Chat Noir de Poe, le Vampire de Polidori –premier récit à faire apparaître les suceurs de sang et probable inspirateur du Dracula de Stoker- la Main de Maupassant ou encore le sinistre Récupérateur de cadavres de Stevenson ; les autres le sont bien moins, et les découvrir dans cette version est fort sympathique.

 

Les Aventuriers de l’Etrange ont encore fait du bel ouvrage avec cette réédition d’un album depuis longtemps indisponible, qui rend justice à ses adaptations via une refonte éditoriale totale bienvenue.

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : A CANDLE FOR THE DEVIL

 

 

C'est de qui ? A. Prez Olea

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ça donne Quoi ? L’Italie n’avait pas le monopole des films de genre de seconde zone dans les années 60/70 ; en effet de l’autre côté des Pyrénées la production espagnole fut assez florissante, notamment grâce à des capitaux étrangers investis pour certains tournages.

 

Sous couvert d’une pseudo critique du régime franquiste, le réalisateur Eugénio Martin  lorgne, avec ce film où deux sœurs tenancières d’une pension assassine une de leur locataires, vers ses voisins transalpins en reprenant des ingrédients du giallo assez bien utilisés il est vrai.

 

Pour la B.O c’est Antonio Perez Olea qui s’y colle. Compositeur ayant touché un peu à tout dans le monde du cinéma, sa renommée ne dépassera cependant jamais les frontières de son pays d’origine, et c’est assez dommage à l’écoute de sa partition pour A Candle for the Devil où l’on retrouve, au sein de thèmes certes classiques mais bien pensés, des influences de musique folklorique espagnole et de belles mélodies romantico-gothiques qui rendent ce score assez original pour que l’on s’y arrête. Au sein d’un orchestre de cuivres et de cordes un piano entre dissonances et désaccords vient créer un trouble palpable à la limite du malsain.

 

Ce sont d’ailleurs ses qualités qui me l’ont fait retenir pour aller avec les deux albums du jour, auquel elle a ajouté une bonne dose de frissons !

 

---------------

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 09:22

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  LES LIAISONS DANGEREUSES PRELIMINAIRES. L’HALLALI DES AMANTS.

 

 

C'est de qui ? Djief & Betbeder

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Alors que Valmont et la Marquise de Merteuil jouent au chat et à la souris, non sans laisser des plumes dans l’affaire (surtout Valmont !), autour d’eux les victimes de leur libertinage souffrent également et, peu à peu, l’amertume et la  tragédie prennent le pas sur la jouissance.

 

Conclusion en apothéose pour ces Préliminaires au roman épistolaire de Choderlos de Laclos, qui n’ont pas à rougir de la comparaison avec leur modèle tant on y retrouve tout ce qui faisait le sel des Liaisons Dangereuses.

 

Sensualité à fleur de peau, cruauté malsaine, jeu de dupe et autres trahisons, le tout superbement mis en image par le style semi réaliste soigné Djef qui rend au mieux l’ambiance à l’érotisme racé du scénario de Betbeder.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi : JEUX D’INFLUENCE

 

 

C'est de qui ? R. Keunen

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si les sujets de l’album bd du jour et du film dont est tiré cette B.O pourraient difficilement être plus éloignés, l’ambiance générale qui se dégage de la musique du  compositeur belge fait bien écho à celle des manigances de Valmont et Merteuil.

 

Plutôt que d’écouter un morceau de musique classique, comme le genre de ces Préliminaires aux Liaisons Dangereuses auraient pu appeler, j’ai préféré opter pour une partition plus contemporaine avec néanmoins des instruments d’orchestre mais utilisés de façon originale.

 

Ainsi, pour accompagner un thème principal joué par un piano aux motifs quasi minimalistes et un violoncelle lancinant, Keunen a choisi d’utiliser des percussions de verre et de métal. L’effet produit fait osciller le score entre mélancolie cinglante et suspense soutenu avec de belles montées dans les aigus de ci de là, ce qui apporte une belle atmosphère qui sent le soufre à cette conclusion !

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

 

Repost0
14 novembre 2019 4 14 /11 /novembre /2019 13:38

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  SIR NIGEL 2

 

 

C'est de qui ? Seiter & Giné

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ? Glénat

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui.

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Nigel doit, s’il souhaite épouser sa promise, accomplir trois hauts faits. Si ses aventures aux coté de Chandos lui permettent de briller par deux fois (et non des moindres, il prend un château quasiment à lui seul), il faudra à notre héros beaucoup de patience avant de terminer sa quête durant la campagne du roi Edward contre les français.

 

Avec ce second volet de son adaptation du roman de Sir Arthur Conan Doyle, Roger Seiter livre une fort bonne BD d’aventures à l’ancienne, pleine de rebondissements à la partie historique documentée et aux dessins semi réalistes, dans un style franco-belge plutôt classique, réalisés par un Christian Giné inspiré et très en phase avec le sujet.

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :KNIGHTS OF THE ROUND TABLE

 

 

C'est de qui ? M. Rozsa

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Après avoir connu un franc succès avec le score d’Ivanhoé l’année précédente, Rozsa est de nouveau mis à contribution par les studios pour écrire celui d’un autre film de chevaliers, qui sera en plus le premier réalisé en cinémascope et doit donc être un sans-faute.

Di coté du compositeur c’est mission accomplie, et ce malgré un laps de temps assez court pour écrire sa partition (dans une année 1953 chargée puisqu’il n’écrit pas moins de cinq B.O).

 

Les Chevaliers de la Table Ronde porte la marque indélébile de son auteur qui rajoute néanmoins à ses gimmicks habituels de belles trilles de flutes et de percussions haut perchées, le tout toujours porté par un thème riche et des phrases de violons romantico-épiques, des tambours martiaux et des cuivres grandioses.

 

Peut-être plus grand spectacle que celui d’Ivanhoé, ce score marque un tournant du genre dans l’approche de Rozsa, et maintes idées conçues ici seront développées dans des grandes œuvres postérieures de Ben Hur au Cid.

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 14:03

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ?  MARIUS

 

 

C'est de qui ? Morice, Stoffel & Scotto

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ?  Grand Angle

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Au Bar de la Marine, tenu par César, un vieux marseillais fort en gueule et son fils Marius, qui ne rêve que de voyages au long cours, la vie se déroule placidement, au rythme des traversées du ferry boat d’Escartefigue dans le Vieux Port, et au son des sirènes de bateau revenant du bout du monde.

 

Mais quand maître Panisse, vieux beau tout juste veuf, se met en tête d’épouser Fanny,  dont Marius est secrètement amoureux et qui, surtout,  a l’âge d’être sa fille, l’ambiance paresseuse du quai prend une tournure bien plus animée.

 

Avec le premier tome de Marius, lui même premier volet de la trilogie marseillaise, le duo de scénaristes Scotto et Stoffel, déjà responsable d’adaptations de Pagnol chez Grand Angle, remet au goût du jour l’une de mes œuvres préférées de l’auteur.

 

Une qui a bien failli ne jamais voir le jour mais que Pagnol, ignorant les conseils peu avisés de son entourage, a finalement écrite à la fin des années 20 et à raison, vu le succès qu’on lui connaît.

 

 

Sébastien Morice, avec son beau style semi réaliste qui doit beaucoup à la BD d’humour, et qui s’était déjà frotté de son coté à Maupassant, donne une nouvelle jeunesse à une partie du casting du film de Korda (la pièce est de Pagnol mais ce dernier n’a pas signé la version cinéma), et s’inspire de certains acteurs pour le reste de la galerie. Ainsi on reconnaît Raimu/César ou Monsieur Brun, tandis que Fanny est devenue une jolie brune piquante moins fade à mon goût qu’Orane Demazis à l’époque.

 

Comme ajouts intéressants, on appréciera les passages où les personnages se projettent avec les dialogues en fil narratif, et quelques scènes évoquées dans le film mais non montrées, qui donnent un peu plus de vie à cette comédie intemporelle qu’on retrouve avec un plaisir non dissimulé.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :UNE FILLE POUR L’ETE

 

 

C'est de qui ? Delerue

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? Avant de devenir un des incontournables compositeurs de son époque, le grand Georges Delerue était recherché pour sa capacité à mélanger les genres sans tomber dans la facilité.

 

Du jazz à la musique populaire, il avait en effet cette capacité à panacher des partitions partant d’une base classique par des arrangements inédits ou tout du moins inattendus qui enrichissaient les thèmes qu’il écrivait pour les films.

 

Dans la suite symphonique qu’il compose pour cette comédie légère du début des années 60, on retiendra notamment les phrases de guitare et de clarinette qui se répondent par dessus des mélodies riches jouées par les cordes.

 

L’ensemble manque peut être un peu de gaieté parfois pour être parfait avec cette première partie de Marius mais l’atmosphère surannée de la musique est quant à lui des plus raccord.  

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

Repost0
3 novembre 2019 7 03 /11 /novembre /2019 11:44
 

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi ? HOLMES.  LE FRERE AINE.

 

 

C'est de qui ? Cecil & Brunschwig

 

 

La Couv':

 

 

C’est édité chez qui ?Futuropolis

 

 

Déjà croisés sur le site? Oui

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Aves les milliers (facile !) de variations qu’a connues le personnage de Conan Doyle, difficile aujourd’hui de proposer quelque chose d’encore original sur lui.

Et pourtant, les auteurs de Holmes, en revenant sur les origines du mythe, arrivent à le dépoussiérer avec élégance et talent.

 

Dans cet avant dernier chapitre de cette série de longue haleine, Brunschwig mêle Mycroft Holmes (le frère ainé de Sherlock pour les néophytes) à la construction psychologique de son cadet, tout comme aux évènements politico-historiques de son époque.

L’alternance des flash-backs avec l’enquête de Watson fonctionne toujours aussi bien, l’écheveau se déroulant petit à petit avec son lot de surprises, promettant une conclusion que l’on espère de haut vol.

 

 

Conclusion pour laquelle il faudra probablement être patient vu que le premier tome de Holmes date tout de même d’il y a  … 13 ans. Mais au vu de la partie graphique, au réalisme aussi frappant que ce qu’il est détaillé et riche, le tout dans des bichromies fort belles, différentes selon les époques, ces délais s’expliquent d’eux même et même si cette attente entre chaque tome peut être frustrante, vous savez ce qu’on dit…plus c’est long…

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE:

 

 

 

 

C'est quoi :WICKED AS THEY COME

 

 

C'est de qui ? M. Arnold

 

 

La Couv':

 

 

Déjà entendu chez B.O BD?  Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi ? L’année précédent son Oscar pour le Pont de la Rivière Kwai, Sir Malcolm Arnold enchaine les scores de films de genre avec comme constante une qualité d’écriture qui en fait l’un des composeurs britanniques les plus demandés de la profession.

 

Nourrie par un sérieux bagage classique sa partition pour Wicked as they come, qui se concentre sur le périple d’une arnaqueuse arriviste et croqueuse d’hommes, sonne certes comme de la musique de film noir, mais avec des arrangements variées et recherchés avec des instruments des divers corps qui se répondent sur des thèmes riches et expressifs parfois même en canon.

 

Sa musique a un coté certes désuet mais qui, pour le coup, colle bien à l’ambiance tantôt mélancolique tantôt pleine de suspense de ce nouvel album de Holmes.

 

 

 

---------------

 

 

 

Une Chronique de Fab

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags