6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 07:13

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

 

C'est quoi : SAGA VALTA 3.

 

 

C'est de qui ? Dufaux et Aouamri

 

 

La Couv':

 

Royale Saga  /  Saga Valta 3  Vs.  King Arthur

 

Déja lus sur B.O BD?  Oui, ensemble et séparément.

 

 

C’est édité chez qui ? Le Lombard.

 

 

Une planche:

 

Royale Saga  /  Saga Valta 3  Vs.  King Arthur

 

 

Ca donne Quoi ? L’heure de la confrontation est venue entre Valgar et son infâme beau-père. Si, dans un premier temps notre héros est abusé par l’ »amnésie » de son aimée, il n’hésitera pas à aller défier un bard fou pour lever le sortilège.

 

Hélas, comme dans toute grande saga nordique (dont s’inspire avec une certaine inspiration le vétéran Dufaux), le dénouement risque de s’avérer tragique.

 

Cette conclusion arrive enfin et tient les promesses des deux premiers volet ; la conclusion, ouverte, laisse envisager (voire espérer) d’autres histoires qui, si elles sont de la teneur de cette trilogie, seront les bienvenues.

 

La partie graphique, magistrale, n’ayons pas peur des mots, est à la hauteur du bruit et de la fureur de la saga et, dans son dynamisme et sa précision n’est pas sans faire penser aux grands classiques du genre, du Conan de Buscema à La Quête de l’Oiseau du Temps de Loisel qui ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisque Mohamed Aouamri est son successeur sur la série mythique.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? KING ARTHUR

 

 

C'est de Qui ? D. Pemberton

 

 

La couv' 

 

Royale Saga  /  Saga Valta 3  Vs.  King Arthur

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? On pourra, bien souvent à raison, critiquer le cinéma de Guy Ritchie, ses parti-pris clinquants, sa mise en scène tape à l’œil, son montage plein d’esbrouffe et ses scénarios parfois freestyle ; il faut reconnaître au réal’ de savoir tirer de fort bonnes choses des compositeurs qu’il embauche pour les B.O de ses films.

 

Après avoir prouvé que Nataniel Mechaly était capable d’autre chose que de pondre de la musique aseptisée et bateau pour les sbires de Nounours Besson (Revolver), après avoir réussi à faire passer Hans Zimmer de rouleau compresseur à mélodiste tzigane (le surréaliste Sherlock Holmes et sa suite) ; voici qu’à nouveau, après lui avoir fait revisiter le groove façon Jethro Tull (The Man From U.N.C.L.E), il donne l’occasion à Daniel Pemberton de composer l’un des scores les plus intéressants de 2017, rien que ça !

 

Et pourtant à la base c’était pas gagné vu le film auquel le score en question est destiné. Ce Roi Arthur s’enfonce d’emblée dans le n’importe quoi et accumule ensuite les aberrations scénaristiques au point  qu’il ferait presque passer Besson pour Bergman et on en est même à se demander si Ritchie n’a pas voulu faire une bonne grosse parodie. Mix improbable entre la suite du 300 de Miller et Rock n’ Rolla, le dernier long du réal ferait presque espérer que ce soit effectivement son dernier ... mais nous y reviendrons!

 

Seul élément à garder donc, la partition de Pemberton, qui va chercher des instruments anciens pour les faire sonner rock, qui joue sur les rythmiques via des instruments purement mélodiques (les cordes notamment), n’hésites pas à rajouter des vocalises et autres halètements parfaitement incorporés au reste, le tout sans oublier, of course, de panacher avec des passages épiques dignes du Zimmer sus-cité mais clairement moins pompier.

 

A la croisée des chemins entre l’efficacité d’un Trevor Morris et l’excentricité d’un Jed Kurzel, un mariage entre fantasy basique et modernité décalée hautement recommandable et clairement rafraichissant.

Et vu que Saga Valta est autrement plus réussi que King Arthur, pas étonnant que la fusion des deux média opère aussi bien !

 

 

 

 

 

 

 

---------------

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags