6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 18:01

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : JACQUES PREVERT N’EST PAS UN POETE

 

 

C'est de qui : Bourhis et Cailleaux

 

 

La Couv':

 

Cette BD c'était la tienne  /  Jacques Prévert n'est pas un poète  Vs.  Les Triplettes de Belleville

 

Déjà lus sur le site? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis

 

 

Une planche:

 

Cette BD c'était la tienne  /  Jacques Prévert n'est pas un poète  Vs.  Les Triplettes de Belleville

 

Ca donne Quoi ? Il y a pas mal de temps déjà, j’avais dit du bien d’un premier tome (sur trois prévus) d’une bio dessinée de Prévert qui n’avait hélas pas connue de suite.

 

Aujourd’hui le mal est réparé puisque sous ce titre un peu provoc’ (toutes proportions gardées n’est ce pas), Bourhis et Cailleaux achèvent de nous proposer leur vision de la vie de l’artiste (Ce copieux album reprend d'ailleurs les 72 pages contenues dans Prévert, Inventeur qui s’achevait sur le retour de l’écrivain du service militaire).

 

Voici donc la partie, à mon goût, la plus intéressante : les années théâtre et « politique » (Prévert et sa clique d’ « Octobre » reviendront, tels des Tintins chez les Soviets –c’est d’actu !- , du communisme idéalisé) mais, surtout, la carrière cinématographique.

Oui parce que pour un amoureux du 7° Art comme moi, lire des anecdotes sur la création de monuments comme Les Visiteurs du Soir, Quai des Brumes ou encore Les Enfants du Paradis, dont Prévert a été dialoguiste et en partie scénariste,  ou croiser Jean Gabin, Arletty ou Michèle Morgan, est un vrai plaisir.

 

C’est, en fond de la vie de Prévert, toute une page de l’Histoire (le Front Populaire, la Seconde Guerre Mondiale, …) et de l’art (Surréalisme, poésie, peinture, cinéma…) qui se tourne ici.

 

Et puis, graphiquement, c’est aussi original que joli, s’inspirant des thèmes évoqués, jouant sur la colo, la mise en page et la narration.

Une évocation riche et extensive d’un artiste qui, en effet, était bien plus qu’un poète.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? LES TRIPLETTES DE BELLEVILLE

 

 

C'est de Qui ? B. Charest

 

 

La couv'

 

Cette BD c'était la tienne  /  Jacques Prévert n'est pas un poète  Vs.  Les Triplettes de Belleville

 

Déjà croisé dans le coin?  Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Dans ce film d’animation plébiscité par la critique et le public, aux graphismes qui font penser à un album de  De Crécy et au scénar vaudevillesque qu’un Tati n’aurait pas renié, le québécois Charest met tout son bagage musical de composition à profit puisqu’il évoque tour à tour l’esprit des cabarets des années 30, le jazz bop, l’ambiance des films rétro…sans pour autant oublier la musique dite d’ « illustration »  sur des pistes qui, elles, sonnent résolument cinématographiques.

 

Thèmes accrocheur, phrases jouées par différents instruments qui se répondent, variété des groupes instrumentaux utilisés…le résultat est assez bluffant de maîtrise et le César obtenu par Charest n’est clairement pas volé.

 

Le maître mot ici est bariolé, et, époques cadrant plus ou moins, vous l’aurez compris, ces Triplettes sont  faites pour celui qui n’est pas –qu’un- poète !

 

 

 

------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags