6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 08:12

 

 

Après les émotions d'hier, accordons-nous un peu de repos avec quelque chose de moins explicite avant de repartir de plus belle.

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : OKIYA. LA MAISON DES PLAISIRS DEFENDUS.

 

 

C'est de qui ? Jee-Yun et Jung

 

 

La Couv':

Cycle BD X  /  Okiya  Vs.  Ugetsu Monogatari

 

Déjà croisé sur le site? oui

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche:

 

Cycle BD X  /  Okiya  Vs.  Ugetsu Monogatari

 

Ca donne Quoi ? Yasunari, un ronin, arrive dans la petite ville de Sakaï au début de la nuit. Toutes les portes sont fermées, même celles de l'auberge. Alors qu'il pense passer la nuit dehors, il est invité à entrer dans l'Okiya (maison de geishas) où il rencontre 4 superbes jeunes femmes. Après une nuit de plaisirs et jeux charnels, il se ressaisit et décide de continuer sa route vers Osaka.

En souvenir de cette nuit, il reçoit une écharpe couleur cuivre en cadeau. À peine a-t-il fait 3 pas que l'Okiya disparaît. Il va chercher à comprendre pourquoi, à Sakaï, les femmes le regardent d'un mauvais œil et pourquoi les hommes l'envient. Il finira par apprendre ce qui s'est passé et qui sont les fantômes qu'il a aimé.

 

Jee-Yun connait bien les légendes asiatiques où les femmes fantômes prennent chair et aiment les hommes, physiquement et/ou sentimentalement, à moins que ce ne soient des renardes. Son scénario ne déparerait pas dans les contes de P'ou Song Ling (contes extraordinaires du pavillon du loisir).

 

Jung sait à merveille dessiner les corps féminins ou masculins vêtus ou nus. La finesse de ses graphismes donne aux scènes érotiques une aura fantasmatique qui permet d'avoir une sorte de distance vis-à-vis de ces corps magnifiés.

 

"Pour public averti" disait l'autocollant sur la couverture. En notre période où les simulations d'actes sexuels sont fréquentes sur les scènes de théâtres et où les corps nus servent à vendre tout et n'importe quoi, cet avertissement était peut-être un peu exagéré!

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? UGETSU MONOGATARI

 

 

C'est de Qui   Fumio Hayasaka, Tamekichi Mochizuki, Ichirō Saitō

 

 

La couv' 

Cycle BD X  /  Okiya  Vs.  Ugetsu Monogatari

 

Déjà entendu chez nous?  Oui.

 

 

On peut écouter?

Ca donne quoi?  Fumio Hayasaka a composé la musique de plusieurs films de Kenzi Mizoguchi ou d'Akira Kurosawa parmi les plus célèbres chez nous comme Rashomon, Les 7 samouraïs,  L'intendant Sansho ou Les amants crucifiés. Il a aussi composé des œuvres orchestrales ou des pièces pour piano. Il est mort trop jeune (41 ans) pour que sa filmographie soit très étendue.

 

De son côté, Ichiro Saïto a essentiellement composé de la musique de films (334) au cours de sa plus longue carrière, mais ses compositions ne sont pas toutes connues en Occident.

 

Ugetsu Monogatari est un film de Kenzi Mizoguchi où l'une des héroïnes est un fantôme et l'autre devient une prostituée… donc un scénario en concordance avec Okiya, l'utilisation d'instruments traditionnels japonais finissant de faire un lien évident.

 

 

---------------

 

Une chronique de Gen

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags