6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 06:53

 

 

 

 

J'en vois déjà lever un sourcil soupçonneux quant au titre de ce bouquin, la raison de sa place ici et, surtout, qu’est ce qui a bien pu me pousser à lire (hum ! c’est un bien grand mot) ceci.

 

Deux mots : Led Zeppelin. Ou comment l’un des plus grands groupes de rock a fait atterrir ce livre sur ma table de chevet.

Fan inconditionnel de la bande à Jimmy Page depuis ma prime jeunesse, mon premier souvenir des Led Zep c’est cette pochette de 33 tours (le sobrement intitulé III) qui tournait sur elle même en dévoilant les visages des musiciens au milieu de diverses images plus psychédéliques les unes que les autres.

 

 

Un concept que je trouvais assez « magique » à l’époque, surtout que j’appris plus tard que Page était fasciné par Aleister Crowley, dont il avait même fait graver sur le premier pressage du vinyle deux phrases cultes (Advienne que pourra et Fais ce que tu veux).

 

 

Un troisième album tout bonnement ensorceleur d’ailleurs, de par sa diversité dans les genres abordés, que ce soit la fureur métallique qui ouvre les hostilités (l’évocation des raids vikings d’Immigrant Song avec les cris stridents de Robert Plant répondant à un riff imparable de son guitariste) au blues nostalgique de Since I’ve been loving you, en passant par le folk rugeux de Gallows Pole et Bron Y Aur Stomp.

III , après deux opus résolument heavy, prouvait à ceux qui en doutaient encore que le quatuor était plein de ressources et définitivement une référence musicale.

 

Depuis presque 30 ans il n’a pas du se passer une semaine sans que j’écoute tout ou partie de cet album, c’est dire ce que Led Zep représente pour moi.

 

(Je me situe largement dans la seconde colonne aujourd'hui!)

 

Et Aleister Crowley, donc, sorcier auto-proclamé, ex Franc Maçon ayant crée son propre mouvement et adepte/gourou de la …Magie Sexuelle, forcément cité dans cet ouvrage.

 

 

Une petite présentation du bonhomme ainsi que d’autres de ses semblables ouvre le recueil, qui, au fil de vos envies et autres motivations, vous fera envisager l’acte sexuel comme vecteur de puissance, de réussite personnelle, j’en passe et des meilleurs … si tant est que vous trouviez un(e) partenaire consentante (c’est recommandé à demi mots dans le bouquin d’ailleurs), voir plusieurs (si, si!) vous pourrez tester diverses cérémonies censées décupler vos prouesses et votre plaisir et canaliser celui ci vers de plus hautes sphères… et éventuellement organiser de sympathiques happenings dans la plus pure tradition zepelinienne.

 

 

Et si vous ne trouvez pas l’intéressé(e) –ce qui ne devrait pas vous étonner outre mesure j’espère-pas de soucis, y a même un passage pour faire l’amour à un(e) amant(e) non physique, concept qu’Alan Moore, également  amateur de Crowley n’a pas hésité à développer.

 

 

Profitons donc de cette planche finale pour retourner à nos BD, les livres sans images me font rédiger de bien étranges chroniques !

 

 

----------------------------------

 

Une chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags