15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 16:27

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi LA GESTE DES CHEVALIERS DRAGONS TOMES 5 - 2 - 19 - 12

 


C'est de qui : Ange (scénariste) + les dessinateurs : Paty (5) – Briones (2) – Boutin-Gagné (19) - Cossu (12)

 

 

Une Couv':

La Saga De L’été, 3° Partie.

Déjà croisé sur B.O BD? Certains

 

 

C’est édité chez qui ? Soleil

 

 

Ca donne Quoi ?  Dans le tome 5, Les jardins du palais, on voit apparaître à l'âge adulte un personnage évoqué enfant dans le tome 9 : le chevalier dragon Snejana, cousine de la comtesse de Cressay.

On peut donc penser que 15 à 20 ans séparent les albums. Bien que chevalier de l'ordre d'Alexira, Snejana a une mission à Faïza où l'ordre était autrefois puissant. Avec son apprentie Josanifena, dite Jo, et Ralène, seule et dernière chevalier de Faïza, elle doit retrouver un symbole de pouvoir pour faciliter l'accession au pouvoir d'un allié de l'ordre… Mais "l'ordre ne se mêle pas de politique", on nous aurait menti!…

Elles vont devoir traverser les jardins du palais du doge, dans la salle du trône duquel un dragon était apparu il y a environ 20 ans. Il n'y a plus de dragon, donc plus de Veill, mais de multiples créatures y vivent dont les plus petites ne sont pas forcément les moins dangereuses.

Les 3 femmes vont être séparées et faire leurs propres découvertes. Snejana, l'orgueilleuse et méprisante chevalier, va apprendre à respecter les autres. Ralène va retrouver respect et confiance en elle. Jo va trouver le trésor qui lui permettra de quitter l'ordre et de rejoindre son amoureux.

 

 

 

On voit bien dans ce tome que plus le temps passe plus les principes fondateurs s'estompent. L'ordre est prêt à risquer la vie de quelques membres pour apporter un soutien politique à un haut personnage. La "noblesse" de l'ordre est aussi écornée par la façon dont Ralène est traitée par Snejana, et à travers elle par l'ordre d'Alexira.

Paty semble avoir pris un grand plaisir à dessiner des paysages grandioses… et des créatures particulièrement hideuses. J'aime un peu moins ses personnages dont je trouve les attitudes un peu trop figées.

 

 

 

Le tome 2, Akanah nous fait retrouver la chevalier Oris héroïne de Brisken avec beaucoup d'années en plus et une chevelure entièrement blanche.

On y découvre adultes 2 petites filles vues plus ou moins rapidement dans le passé : Akanah la rousse que Jaïna avait envoyée vers l'ordre avec consigne de tuer son petit frère quand il se transformerait (tome 1) et Eléanor la brune que Mara avait recueillie dans le désert (tome 3). Elles ont bien grandi mais pas vraiment en sagesse car elles aiment défier les hommes dans les tavernes et se battre avec eux.

Les chevaliers seront accompagnées dans leur voyage vers une zone de Veill par Jan, un jeune prêtre cartographe d'Aman, "protégé" par un talisman. Mais Oris comprend que le dragon n'est pas mort et décide d'aller l'affronter avec ses 2 jeunes protégés. Jan suit par passion et par amour pour Akanah, mais il sera touché par le Veill qui lui laissera de profondes cicatrices sur le visage. Cela fera une encoche de plus sur la poignée de l'épée d'Oris (la 6e?).

Malheureusement pour Akanah et Jan, leur amour devra s'effacer devant le mariage prévu entre 2 grandes familles… Mais Akanah hérite de la hache de la vieille Viala dont nous apprendrons plus tard dans la série qu'elle s'appelle la "faucheuse d'Ishtar".

 

 

 

Un 2e tome qui, une fois remis dans la chronologie, montre que le scénariste Ange avait certainement écrit l'histoire de l'ordre et du monde au moins dans ses grandes lignes, ainsi que les bases de la vie de plusieurs personnages : Oris, Akanah, Eleanor, Mara…

 

C'est la marque des grands auteurs que de réussir à faire vivre autant de personnages de façon cohérente sur autant de temps avec des erreurs minimes (mais qui n'en sont peut-être pas) comme des noms qui changent ou qui reviennent dans un autre contexte. Le scénario dévoile aussi quelques points intéressants sur la prêtrise d'Aman, les "on-dit" sur comment lutter contre le Veill (en déflorant une vierge par exemple), les accords autour des mariages…

 

Briones nous offre un des plus longs combats contre un dragon de la série sur 7 pages en débutant par une attaque aérienne. Il met beaucoup de vie de de mouvement dans les combats à mains nues ou avec armes.

Il y a juste un petit détail amusant que j'ai découvert en relisant le tome : au départ la hache est une hache simple et ne devient une hache double que pendant le combat dans la taverne. Si j'en crois mes sources personnelles, la hache simple est pourtant plus efficace que la double au corps à corps… mais moins élégante en dessin! Il est amusant aussi de penser qu'il a dessiné Oris âgée avant de la dessiner jeune dans le tome 4.

 

 

 

Pas de dragons dans le tome 19, L'antidote! Mais une mission pour Akanah et Eléanor que l'on pourrait qualifier d'humanitaire : escorter une caravane transportant un antidote contre une maladie sur une partie du trajet.

Cette mission est aussi une punition pour avoir accepté des dons d'objets d'une cité qu'elles ont libérée d'attaques de créatures du Veill… ou plutôt elles ont punies pour ne pas les avoir suffisamment cachés. En plus des 2 chevaliers, il y a une troupe de Hans, ethnie qui protège les caravanes sur les routes. Nos 2 héroïnes vont découvrir la vie des caravaniers.

Elles vont aussi tisser des liens commerciaux, cachés bien sûr puisque interdits par les règles. Quand elles découvrent que leurs accompagnateurs ne sont pas ce qu'ils disent être, Eléanor va combattre seule contre une grand troupe pour permettre à la caravane de fuir. Pendant ce temps, Akanah va rejoindre l'escorte finale pour qu'elle accélère vers la caravane.

 

 

 

Cet album apporte un éclairage sur la partie orientale du monde avec un fort côté 1001 nuits : caravanes de marchands, caravansérails, marchandises rares et chères…

Mais la partie la plus intéressante concerne l'hypocrisie qui règne au sein de l'ordre : la virginité n'empêche pas tout ce qui peut se faire "au-dessus de la ceinture", les dons d'argent sont interdits mais les dons de tissus ou nourriture ou objets divers le sont à condition qu'ils ne soient pas trop ostentatoires. Si c'est le cas, ils doivent être remis au trésor de l'ordre. Nous apprenons aussi quelques points intéressants sur les voyages en bateaux volants.

 

Boutin-Gagné n'est pas le dessinateur que je préfère dans la série. Je le trouve meilleur dans les séries semi-réalistes comme Le mangeur d'âmes.

Ici c'est Eléanor qui est mise en valeur en équilibre avec le tome 2 où Akanah tenait la vedette. Belle, intelligente et dangereuse, c'est la digne élève de la vieille Oris (qui a 80 ans dans ce tome).

 

 

 

Le tome 12, Ellys commence par le massacre par un dragon d'un groupe de nomades circulant sur les routes de pierres rouges. La seule survivante arrive au château où Ellys vit depuis qu'elle a épousé le duc Louis.

Ellys constate que les légumes sont bizarres et elle a écho d'animaux morts dans une zone relativement proche. Sa formation à l'école de l'ordre d'Ishtar lui fait penser à la présence d'un dragon. Mais son beau-frère refuse d'envoyer un message car il veut contraindre son frère à répudier Ellys et craint que les chevaliers dragons la soutiennent. La présence du dragon sera avérée grâce à Leïla la jeune nomade mais il est trop tard pour contacter l'ordre. Ellys et le maître d'armes Henj vont former en quelques semaines un groupe de vierges du duché pour aller combattre le dragon.

Le groupe drogue Ellys qui est enceinte pour l'empêcher de venir. Elle peut enfin révéler à son époux son obsession : sa responsabilité dans la mort de Jaïna (voir tome 1). L'amour qu'il lui porte la réconcilie avec elle-même comme l'affection qu'elle a montré à Laïla a permis à celle-ci d'admettre qu'elle n'était pas responsable de a mort de sa tribu.

 

 

 

Ange nous renvoie ici au tome 6 avec des tribus se disant héritières de N'Aria dite raïad et suivant les chemins de pierres rouges. Il nous rappelle aussi qu'il n'est pas facile de vivre avec le remords. Il nous offre un beau portrait masculin avec le duc Louis qui est très amoureux de sa femme et prêt à la soutenir dans son conflit familial.

 

Je suis quand même étonnée que Henj ait pu accompagner le groupe de vierges et combattre avec elles sans souffrir du Veill… c'est plutôt rare dans la série.

 

Cossu illustre cette histoire de douleurs personnelles de belle façon avec des personnages expressifs dans la joie autant que dans le malheur plus quelques beaux paysages. Les amateurs de dragons seront ravis puisqu'il intervient dans toute sa force et sa violence au début et à la fin de l'album.

Un dragon européen classique avec souffle enflammé, ailes membraneuses, griffes immenses et collerette hérissée de pointes.

 

Suite au prochain épisode…

 

 

 

--------------------

 

Une chronique de Gen

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags