16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 16:55

 

 

 

Qui dit "panorama" dit large vision, on ratisse donc étendu comme l'ouvrage de ce soir le confirme.

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : ETUNWAN. CELUI QUI REGARDE.

 


C'est de qui : Thierry Murat.

 

 

La Couv':

Panorama du Western  /  Etunwan  Vs.  Dead Man

Déjà croisé sur le site? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Futuropolis.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Joseph Wallace photographe installé à Pittsburgh et reconnu dans sa profession, ressent un jour l’irrésistible appel de la nature primale, des grands espaces, pour s’évader de son petit cadre étriqué socio-familial, il part en compagnie d’une expédition scientifique vers l’Ouest encore sauvage.

 

La rencontre avec les Oglalas, sioux Lakotas va littéralement changer sa vie, sa vision de l’existence. Pour les indiens il est Celui Qui Regarde avec sa machine d’une nouvelle ère, pour lui ils sont la simplicité de la vie, la pureté originelle, parallèlement à sa découverte de la poésie de Poe et de Baudelaire il découvre celle de la Nature inviolée.

 

En inventant ce précurseur imaginaire d’Edward Curtis, Thierry Murat, avec son style graphique mixte si particulier, évoque avec talent ce voyage initiatique, cette catharsis de l’homme vers l’innocence perdue que les amoureux des récits contemplatifs et dépaysants.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? DEAD MAN

 

 

C'est de Qui ? Neil Young

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous ? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? On connait l’intérêt que Jarmusch porte au rock sous maintes formes, quand le vieux routard Neil Young lui propose d’ « écrire » la musique de son western mystique, le réal’ le mieux coiffé d’Hollywood saute sur l’occasion.

 

La B.O de Dead Man est une longue improvisation à la guitare électrique –souvent saturée d’effets- de Young sur les rushes de Jarmusch, qui sera ensuite un peu agrémentée d’orgue, de gratte acoustique et d’un piano incertain, et séparée en sept pistes.

 

Miroir atmosphérique de la longue errance d’un Johnny Depp étonnamment sobre dans son jeu (mais à l’époque point n’était encore question de Jack Sparroweries extravagantes), les riffs de guitare collent aux paysages en noir et blanc et aux images léchées des deux heures du film tout comme au parcours initiatique, aux hésitations existentielles et autres réflexions poétiques du héros de Etunwan.

 

 

 

----------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags