19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 17:26

 

 

Et c'est avec cette adaptation plus classique mais non moins intéressante que nous concluons notre week-end dédié à Shakespeare.

 

 

 

LA BD :

 

 


C'est quoi : OTELLO

 


C'est de qui : Pierre Frisano & Raymond Maric 

 

 

La Couv':

Être ou ne pas Être... adapté : Shakespeare dans la BD / Otello Vs. La Revanche des Sith

Déjà lu sur B.O BD ? Oui

 

 

Une planche :

 

 

Ca donne Quoi Parmi tous les menus plaisirs qu’offre un travail dans un centre de documentation de collège ou de lycée - paye faramineuse, discutions enflammées avec les élèves sur leurs dernières lectures, collègues motivés… j’enjolive un poil - il en est un dont je ne me lasserai jamais : celui de pouvoir débusquer, sur un rayonnage poussiéreux de la réserve, une œuvre sortie jadis du fonds par un prédécesseur l’ayant jugée inapte à remplir encore une quelconque mission pédagogique ou culturelle. C’est le cas de cet Otello édité au milieu des années 80 par RTL (hum…), dans la collection "Opéra-Bande dessinée". Détendons-nous bien, si on ne parle tout de même pas de l’exhumation d’un équivalent en bande dessinée du trésor de Toutankhamon, l’adaptation par Pierre Frisano et Raymond Maric de l’opéra de Verdi, elle-même inspirée de la célèbre pièce de Shakespeare, n’en reste pas moins une bien belle trouvaille.

 

Composé de 1884 à 1885, Otello marquait le come-back retentissant et attendu du créateur d’Aïda derrière un pupitre, après quinze années de retraite anticipée. Le livret d’Arrigo Boito conserve intacte toute l’intrigue retorse imaginée par le Barde de Stratford : ayant repoussé avec succès une invasion sarrasine, le général Otello (aka. Ze Maure of Venise) rentre à Chypre pour y retrouver son épouse, la belle Desdémone (étymologiquement "celle qui est désirée"… y en a des fois qui portent la cause de leur malheur jusque dans leur nom !) et son enseigne, le fidèle Iago qui, en secret, n’aspire qu’à la perte de son maître. Pour devenir gouverneur à la place du gouverneur, le vil manipulateur décide de mettre en œuvre une machination diabolique, que ne renierait pas un Frank Underwood, et qui va bientôt plonger l’île dans une succession de tragédies délétères. 

 

Frisano et Maric avaient déjà travaillé sur une adaptation de Verdi avec un Aïda d’excellente facture. Il faut avouer qu’avec son époustouflante maîtrise du dessin réaliste, qui ne se prive pas de présenter régulièrement de belles jeunes femmes aux formes dénudées, Frisano pourrait s’en tirer avec brio en illustrant tout et n’importe quoi. C’est d’ailleurs un bon résumé de ses soixante années de carrière durant lesquelles le bonhomme a œuvré aussi bien sur des couvertures de Nous Deux, Captain Marvel ou Amok ;  que des séries d’aventure (Jim Cartouche), de western (Jim Tomahawk) ou de science-fiction (Jim… pardon,  John Parade) ; des  adaptations de séries TV (Daktari, Zorro, San Kukaï…), une reprise de Fantômas, ou des bizarreries comme les enquêtes de L’inspecteur Gall et du commissaire Sardou (dont je vous laisse deviner l'identité des personnages principaux).

       

 

Avec Otello, le dessinateur transcende haut la main la simple visée didactique de son éditeur. On ne redira pas que la qualité du trait, tout en finesse et hachures, et de la mise en couleur nuancée valent à elles seules le détour, car la vraie réussite de la BD réside avant tout dans la capacité de Frisano à faire ressentir le caractère théâtral (ou pour le coup opératique) de l’œuvre qu’il adapte. Exploitant avec la parfaite maîtrise d’un metteur en scène les expressions et postures volontairement outrancières de ses personnages, la minutie des costumes ou l’ampleur écrasante des décors (ces contre-plongées !), il parvient à placer le lecteur dans la position de spectateur d’une tragédie shakespearienne. Noire, violente et non dépourvue d’une petite touche d’érotisme, cette adaptation prouve, si besoin était, que la bande dessinée dispose d’autant d’atouts que le cinéma pour tisser des ponts avec les autres arts, pour peu qu’elle soit « réalisée » par un artiste compétent.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

   

C'est Quoi ? STAR WARS EPISODE III : REVENGE OF THE SITH

 

 

C'est de Qui ? John Williams

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

Ca donne Quoi  Les possibilités d’illustrations musicales pour accompagner la lecture d’Otello ne manquent pas, notamment si l’on veut suivre le conseil donné par l’éditeur en début de volume : "La lecture de cet album s’enrichit à l’écoute de l’enregistrement correspondant en disque ou cassette". L’opéra de Verdi, donc. Pourquoi pas… Ceci dit, la pièce de Shakespeare ayant eu droit à une bonne dizaine d’adaptations cinématographiques (la plus marquante restant sans doute celle d’Orson Welles), on pourrait facilement se reposer sur l’une d’elles. Pourquoi pas… Mais proposer en titre de chronique "Otello vs. Othello" aurait quelque chose d’un peu trop évident. En y réfléchissant, quel film offre une intrigue qui mêle à la fois manipulations politiques, jalousie, décors grandiloquents, duels aux sabres et dont la musique pourrait soutenir la tension tragique imaginée par Shakespeare ? La réponse s’impose d’elle-même (enfin… pour peu qu'on soit fan de Star Wars) : La Revanche des Sith.

 

L'utilisation de la vaste partition élaborée par John Williams pour les deux trilogies de Lucas et le nouvel opus d'Abrams pose problème sur BOBD, les thèmes imaginés par le compositeur étant trop intimement liés aux personnages ou aux séquences qu'ils illustrent pour pouvoir accompagner idéalement autre chose que Star Wars. Ce problème se pose nettement moins avec l'ultime (et moins mauvais !) opus de la prélogie pour lequel le génie barbu a développé de nouveaux motifs ou approfondi ceux qu'il avait apportés dans L'Attaque des Clones (le splendide et romantique en diable Across The Stars). Ainsi, hormis les morceaux d'ouverture et de clôture (qui assure la transition musicale avec Un Nouvel espoir), la BO de La Revanche des Sith constitue sans conteste l'une des plus sombres, des plus tragiques et des plus inattendues de toute la saga. Une noirceur particulièrement sensible dans l'extrait retenu ici, qui s'accorde parfaitement à la tension mortelle régnant sur l'île de Chypre, tandis que l'infâme Iago élabore, lui aussi, son sinistre plan de revanche.        

 

 

 

 

-------------------------

 

 

Une chronique de Lio

 

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags