10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 15:03

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : AZOLLA

 


C'est de qui : K. Bernadou

 

 

La Couv':

 

Conte surréaliste  /  Azolla  Vs.  Taboo & Exile

Déjà lu sur B.O BD? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Atrabile

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Nous l'avons vu à quelques reprises par ici l'exercice de style de la BD sans paroles est  loin d'être évident et ce n'est pas donné à tous d'y réussir. Karine Bernadou qui nous avait déjà fait fort bonne impression avec Canopée, passe l'épreuve haut la main avec ce récit fantastique aux allures de cauchemars dans lequel une étrangement grande jeune femme aux cheveux bleus, habitant dans une petite cabane au fond d'un bois, va, à la suite du départ de son homme, lentement sombrer dans la folie et le cannibalisme!


Scénario surréaliste et intriguant certes mais avec Azolla on retrouve surtout le style graphique si particulier de l'auteure, qui illustre ici avec réussite à l'aquarelle ce conte onirique et charnel plein de petites références réjouissantes.

 

 Coup de cœur pour ce Azzola chez Bandes originales Pour Bandes Dessinées.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

  

C'est Quoi ? TABOO AND EXILE

 

 

C'est de Qui ? J. Zorn

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Si Azolla est une BD assez inclassable, on peut aisément en dire autant de John Zorn, saxophoniste et compositeur éclectique de talent que nous avons croisé à plusieurs reprises sur des choses aussi différentes qu’intéressantes chez nous.

 

Taboo and Exile est un énorme mash-up de genres où punk, surf, jazz ethnique et easy listening se percutent sans cesse, Zorn y es entouré de musiciens d’horizons divers, que ce soient ses acolytes du Masada trio, le bassiste touche à tout Bill Laswell ou encore le hurleur en chef des Faith No More, Mike Patton himself.

 

 Passant donc par de multiples ambiances, l’album est une expérience d’écoute assez éprouvante en tant que telle mais les extrêmes par lesquels passe l’auditeur, que ce soit le calme de la première piste et ses couleurs hébraïques ou la frénésie de certains des morceaux suivants que ce soient Sacrifist ou  Bulls eye par exemple, rendent Azolla encore plus hallucinant et décalé qu’il ne l’était déjà, et c’est pas peu dire !

 

 

----------------------------------

 

Une chronique de Fab

 

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags