8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 07:35

 

Dieu peut prendre maints aspects, et même pousser le vice à aller se cacher dans une série Franco-Belge classique, la preuve:

 

 

 

LA BD :

 

 

 

C'est quoi ?  L'ALCHIMISTE SUPREME 

 

 

C'est de qui ? Godard et Ribera

 

 

La Couv’ :

 

Week-end Thématique: Dieu (Le Retour!)  /  L'Alchimiste Suprême Vs.  Les 10 Commandements Co

Déjà vu chez nous? Pas sur

 

 

Une Planche :

 

 

Ca donne quoi ? Axle Munshine a outrepassé une des lois les plus importantes de son univers : il a osé franchir les portes du sommeil. Il est tombé amoureux de Chimeer qu'il ne peut rencontrer que dans ses rêves. Il fuit dans son vaisseau Le Dauphin d'Argent les hommes de la Garde Pourpre qui le poursuivent, accompagné, de son plein gré, par Musky, fils(?) du prince des Eternautes, dont la croissance a été bloquée à l'âge de 13 ans.

 

L'album commence avec la rencontre inattendue des fugitifs avec Robson, ami d'Axle, et son moloss Free'Day. Les moloss sont des créatures mixtes : chien en haut et homme en bas. Free'Day apprend à Axle que Dieu (ou l'Alchimiste Suprême ou le Très-Haut ou le Tout-Puissant) est gardé par sa Grande Meute de moloss sur la planète Bousbbhyr. Il y a juste un petit problème : c'est sur cette planète que les gardes pourpres sont envoyés en "spermission" et on y trouve des prostituées de toutes les races. Axle arrive à retrouver Musky, enlevé par 2 moloss, auprès de Dieu.

Mais Dieu a bien changé, il ne s'intéresse à rien "à part bâfrer, boire et baiser…" comme il l'explique à Musky. Il reconnait avoir été un grand démiurge dans le temps, mais n'avoir plus goût à créer. La guilde le protège parce qu'il fabrique de l'or. À Musky qui est ébranlé par ce qu'il voit, il dit "cette idée de Dieu omnipotent, omniprésent et unique… c'est bien une une idée d'homme, ça… de taré, oui!" Axle défie Dieu de créer celle qu'il aime et c'est un ratage terrible.

 

 

Il fallait le talent de scénariste de Godard pour créer un Dieu quasi anarchiste qui vit dans le souvenir de sa gloire passée en étant conscient qu'il n'a plus le niveau nécessaire… D'ailleurs son laboratoire est clos par le maximum de planches disponibles pour éviter qu'il fasse de nouvelles expériences. La création d'une Chimeer ratée par relation sexuelle avec un tas d'argile le ramène à la réalité : Il a été un grand Dieu, mais il n'est plus bon qu'à faire de l'or.

 

Ribera a bien sûr choisi le modèle de Dieu créateur classique : vieillard à longues chevelure et barbe blanches en tunique (cela se retire plus vite qu'un pantalon!). Sa fantaisie habituelle fait merveille pour créer des prostituées toutes plus étonnantes les unes que les autres comme la matricyale : entité liquide dans laquelle "on plonge tout entier dans le bonheur suprême".

 

Après un tel résumé, vous comprendrez bien que cet album n'est pas vraiment destiné aux plus jeunes lecteur. Pas vraiment à cause du côté débauche que plutôt pour le côté "philosophique" sur Dieu et la création qui demande un peu de recul.

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est Quoi ? LES 10 COMMANDEMENTS

 

 

C'est de Qui ? Elmer Bernstein

 

 

La couv'

 

 

Déjà entendu chez nous ? Certes!

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ça donne quoi? Face à un Dieu barbu et chevelu, il fallait mettre un autre barbu et chevelu, un grand prophète et mythe de la Bible : Moïse… joué par Charlton Heston en plus! En pendant de la création ratée de Chimeer, il faut au moins le passage de la mer rouge suivi de la submersion des égyptiens!

 

Changement radical de registre pour Elmer Bernstein qui vient de mettre en musique l'Homme au Bras D'Or de Preminger dans une veine jazzy noire, ici on est dans le biblico-épique à grande échelle mais pas que. En effet De Mille, que la disparition de son compositeur attitré, Victor Young, quelques mois plus tôt, a laissé quelque peu orphelin, "teste" Bernstein en lui demandant d'imaginer sa B.O comme une œuvre classique dans la veine de Pucini et de Wagner (que voilà du grand écart!).

 

Qu'à cela ne tienne, Bernstein s'exécute de bonne grâce, poussant même le vice jusqu'à utiliser de nombreux instruments traditionnels d'époque (et même un théremine) au sein d’un grand orchestre symphonique. Entre son leitmotiv inoubliable, ses thématiques riches et texturées et une ambiance grand-spectacle de qualité nous voilà avec un score pharaonique, parfois même trop pour notre BD !

 

--------------------------------------

 

Une chronique de Gen

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags