9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 13:56

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE POIDS DES NUAGES

 

 

C'est de qui ? Manini & Chevereau

 

 

La Couv':

La tête dans les nuages  /  Le Poids Des Nuages  Vs.  A Nous La Liberté

Déjà lus sur B.O BD? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Background des plus original pour cette nouvelle série puisque nous voilà an Amérique du Sud, dans la capitale argentine pour être plus précis, au lendemain direct de la Seconde Guerre Mondiale. Jean Vatine, constructeur d’avions, s’est exilé à Buenos Aires pour échapper à l’occupation et tente de faire affaire avec le gouvernement pour placer un prototype d’avion de chasse. Bientôt rejoint par son fils, les deux hommes vont braver les difficultés, quelles soient politiques ou sentimentales, pour essayer de réussir leur pari.

 

On avait chroniqué une poignée de BD « D’aviation » il y a une paire d’années mais silence radio sur le genre depuis, ce dernier n’étant pas ma tasse de thé. Il faut reconnaître à la nouvelle série de Manini et Chevereau de savoir mélanger petite et grand histoire avec réussite, tout en insufflant un côté humain appuyé qui ne tombe jamais dans le cliché.

 

L’ensemble, servi par un dessin original, dans l’esprit des fumetti de nos voisins transalpins se laisse lire sans déplaisir.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? A NOUS LA LIBERTE

 

 

C'est de Qui ? Georges Auric

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu dans le coin?

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Critique légère mais évidente d’un certain capitalisme à venir (on pourrait même ajouter visionnaire vu l’évolution de la société dans les décennies suivantes), A nous la liberté de René Clair a également été le symbole d’un certain étât d’esprit libertaire sinon contestataire de tout une époque.

 

S’accordant au réalisme poétique et utopique du film, Auric, lui-même proche des idées communistes dans les années 30, continue sur la lancée initiée par la B.O du Sang d’un poète de Cocteau, à adapter pour l’écran et des œuvres très personnelles sa vision de la composition. Une musique qui se veut le miroir du courant  surréaliste tout en restant claire et simple ; dans le bon sens du terme. Très figurative, quasi diégétique (Auric écrit même une poignée de chansons pour le film de Clair), sa partition est, comme le seront d’ailleurs beaucoup des suivantes, de La Belle et la Bête à Orphée en passant par La Symphonie Pastorale, un véritable pont d’or entre les genres.

 

Une bande originale parfois anachronique mais qui relève le goût mélodramatique de ce premier tome du Poids des Nuages.

 

 

---------------------------------------

 

 

Une Chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags