21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 16:53

 

 

Première chronique du cycle Blade Runner Blues, consacré aux bandes dessinées adaptées ou inspirées (voire inspirantes... pour The Long Tomorrow !) du film de Ridley Scott (sorti en 1982) et du roman de Philip K. Dick, Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (1968).

 

C'est le rédac' chef de BOBD qui commence avec une BD historique de Moebius et Dan O'Bannon sans laquelle Blade Runner, et un bon paquet de films de SF sortis par la suite, ne seraient certainement pas ce qu'ils sont !     

 

 

 

LA BD :

 

 

 

C'est quoi : THE LONG TOMORROW

 

 

C'est de qui ? O’Bannon & Moebius

 

 

La Couv':

 Blade Runner Blues  /  The Long Tomorrow  Vs.  Belladonna Of Sadness

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Au moment même où je tape ces mots Luc Besson charcute Valérian, un mythe de la Bd Franco Belge de SF, une série aussi aboutie que visionnaire que d'aucuns aiment à voir comme le modèle du Star Wars de Lucas (même si ce dernier n'aurait jamais répondu à Mezieres sur ces accusations). Sorti dix ans plus tard la série de Lucas doit en effet autant à Tolkien ou Kurosawa qu'à là BD de genre française ; on retrouve, outre les emprunts à Valérian, des éléments piqués chez Druillet ou encore Jodorowski, dont le storyboard du Dune qu'il ne fera jamais, serait passé entre les mains du papa de Star Wars.

 

Cela étant, et comme j'aime à le répéter  à qui veut l'entendre, dans l'art en général (même si le domaine le plus concerné est probablement la musique), il y a belle lurette que l'on ne crée plus grand chose, et que l'on se contente de recycler à l'infini avec plus ou moins d'inspiration et de bonheur. 

 

The Long Tommorow, histoire courte écrite par Dan O'Bannon et mise en image par Moebius, à l'époque où tous deux travaillent sur l'adaptation de Dune par Jodo (tiens !) est un pastiche de roman noir, avec voix off, héros désabusé et femme fatale, transposé dans un univers de Space opéra. Si en soi la BD, publiée en deux parties en 1975/76 dans Métal Hurlant, reste anecdotique, visuellement Moebius, en partant du storyboard de O' Bannon, crée un univers sur-urbanisé foisonnant, impressionnant, aux bâtiments vertigineux et aux codes novateurs. Ridley Scott a été un lecteur de Heavy Metal, pendant US du magazine cité ci-dessus, et, il ne s'en est jamais caché, The Long Tommorow a constitué une influence majeure de son œuvre. Il est évident que Besson s'est également largement inspiré du récit de O'Bannon et Moebius pour son boursouflé 5ème Élément, notamment sur la vertigineuse verticalité de ses buildings. 


16 pages d'une BD à l'origine de certaines des œuvres les plus emblématiques du genre...voilà qui pourrait donner du grain à moudre aux détracteurs du genre.

 

A lire, la suite de notre dossier avec une chronique consacrée à l'adaptation comics de Blade Runner éditée jadis par Marvel.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? BELLADONNA OF SADNESS

 

 

C'est de Qui ?   M. Satoh

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu par ici ? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Jazzman de formation, pianiste et violoniste avant de devenir arrangeur puis compositeur, Satoh  est avant tout un défricheur, qui n’a pas hésité à s’aventurer dans des domaines aussi variés que l’accompagnement de spectacles improbables (strip-tease, magie) ou  les arrangements d’albums de pointure telles Art Farmer ou Nancy  Wilson.

Du côté de sa carrière perso, le japonais s’est plus dirigé vers le free-jazz instrumental, les expérimentations sonores ou encore les musiques de films originales.

Ainsi son travail sur le troisième volet de la trilogie Animerama du maître Tezuka, (qui cependant n’a pas participé à ce long métrage), Belladonna of Sadness, vaguement inspiré de La Sorcière de Michelet, est un ensemble de pistes hallucinantes et hallucinées, à mi-chemin du Pink Floyd période Ummagumma et Miles Davis période Bitches Brew .

 

 

----------------------------------

 

Une chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags