13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 17:34

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : HAWKWOOD

 

 

C'est de qui ? T. Ohtsuka

 

 

La Couv':

 

 

A boire et à Manga  /  Hawkwood  Vs.  Sword of the valiant

Déjà lus chez nous ? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Doki-Doki

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Vous vous souvenez peut être qu’il y a une quinzaine de jours nous avons chroniqué un album destiné à la jeunesse sur la Guerre de Cent Ans (édité chez Bamboo), nous revenons sur le conflit aujourd’hui via un medium inattendu puisque c’est une évocation de la vie de John Hawkwood, mercenaire et stratège célèbre qui, durant le conflit qui opposa la France et l’Angleterre passa d’une faction à l’autre sous différentes bannières mais toujours avec des résultats probants.

Dans le premier volet de cette série qui en comptera huit au total, Hawkwood et ses « Corbeaux Blancs » sont embauchés par les troupes françaises, assiégées à Carentan par les soldats d’Edouard à qui il va donner bien du fil à retordre avant de les rejoindre, dés le second, pour le siège de Caen.

 

 

Ohtsuka s’est amplement renseigné sur son sujet et cela se sent notamment via l’intervention de nombreuses figures historiques qui ont pris part au conflit, ou au détail apporté à la reconstitution historique. Les batailles sont épiques et le rythme narratif est soutenu.

Après, petit bémol perso, le style graphique est tout de même bien plus axé « manga » (comprendre « possède les caractéristiques que l’on croise habituellement dans le manga ») que sur d’autres séries « orientales historiques » (Cesare, La Princesse Vagabonde ou encore Ad Astra pour ne citer que ceux qu’on a  chroniqué sur B.O BD), mais sans que ce soit vraiment gênant à moins d’être allergique au genre.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? SWORD OF THE VALIANT

 

 

C'est de Qui ?   Ron Geesin

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu par ici ? Pas sur.

 

 

On peut écouter?

 

 

Ca donne Quoi ? Des libertés prises avec la légende arthurienne dont il est supposé s’inspirer au look hautement ridicule de Sean Connery, on pourrait presque plus classer ce Sword of the Valiant dans la catégorie du Holly Grail de Monthy Python que de l’Excalibur de Boorman.

 

Responsable d’une petite poignée de B.O au début des années 70, période où il collabore notamment avec les Pink Floyd et expérimente dans pas mal de domaines musicaux, le compositeur et multi instrumentiste Ron Geesin revient fugacement au grand écran en 84 et 85 pour deux autres obscures productions dont ce film de chevalier. Contre toute attente ses compositions pour Sword Of The Valiant restent relativement écoutable, compte tenu du parcours du bonhomme et de l’époque du film, et même assez classique.

 

De facture plus qu’honorable, l’orchestration sait faire la part belle à l’épique et au suspense bon ton sans verser dans la surenchère. Pour une évocation d’un conflit européen par un artiste japonais, nous n’étions plus à un décalage prêt et le résultat est assez sympathique. 

 

----------------------------------

 

Une chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags