9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 14:44

 

 

 

 

LA BD :

 

 

 


C'est quoi : DIEU EN PERSONNE 

 


C'est de qui : Marc-Antoine Mathieu

 

 

La Couv' :

 

 

Week-end Thématique : Dieu et la Bible dans la BD / Dieu en personne Vs. Les Ailes du désir

Déjà lus sur le site ?  Oui, pour le 5e tome des aventures de J.C. Acquefacques et Trois secondes.

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt

 

 

Une planche :

 

 

Ca donne Quoi ? En 2009, Marc-Antoine Mathieu laisse momentanément de côté les expérimentations sur le 9e art de sa série fétiche JC Acquefacques pour se concentrer sur un projet qui met la sobriété de son graphisme au service d’une question ambitieuse : que se passerait-il si, un beau jour, il prenait à Dieu l’envie de se réincarner au beau milieu de la foule ?

 

Abordant cette problématique vertigineuse à bras le corps, le dessinateur multiplie les approches avec le jusqu’au-boutisme absurde qui fait toute la richesse de son œuvre : interventions télévisées d’une attachée de presse, d’un psychiatre, d’un historien, d’un sociologue, d’un philosophe, mais également du chauffeur de la « Dédémobile » que les autorités ont mise à la disposition du Créateur pour ses bains de foule ; attestations scientifiques de l’authenticité des prodiges qu’il accomplit ; procès pour démontrer son existence et le responsabiliser le plus possible pour tous les maux de l’humanité ; récupération marketing du concept de « Dieu », …      

 

 

Toujours présenté de dos ou à travers une vitre en verre dépoli, l’apparence du Dieu de MAM reste insaisissable, hors-culte (si ce n’est monothéiste). Seul son « verbe » permet de s’en faire une idée, celle d’un type plutôt sympathique, pas bégueule pour un sous. Un monsieur tout-le-monde avec cette « seule » particularité qu’il utilise 99,91% de son cerveau (les 0,09% lui servant à « la réflexion qu’il porte sur lui-même »).     

 

En situant une fois encore son histoire dans un cadre qui emprunte autant à Kafka, qu’à Pérec ou Borgès (l’auteur de L’Aleph fait d’ailleurs une apparition dans la bd sous les traits du philosophe Jorge Henri Bronges) – univers noir et gris pour le moins austère, pince-sans-rire, ultra-cartésien, caractérisé par une architecture inspirée des années 30 et une absence totale de Nature - MAM prend ses distances avec le réel pour mieux livrer une parabole qui ne traite, au final, pas tant de la religion que de notre incapacité à nous confronter à ce qui nous dépasse, à ce qui nous meut. Une tragédie inhérente à la condition humaine évoquée par Clément Rosset dans Le Principe de cruauté et qui veut que nous soyons : « muni[s] de savoir – à la différence des animaux ou objets inanimés – mais en même temps […] démuni[s] des ressources psychologiques suffisantes pour faire face à [notre] propre savoir ».

 

 

 

 

Dialogues exploitant avec une intelligence rare tous les jeux de mots et les mises en abîme qui peuvent être faites sur l'utilisation du mot "Dieu", refus de toute iconographie pesante qui pourrait plomber son propos, profondeur de la réflexion, humour, finesse d'un trait qui n'a plus rien à prouver, Dieu en personne n'est rien d'autre que l'incarnation de la divine perfection fond/forme faite bande dessinée. Et je pèse mes mots.    

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? DER HIMMEL UBER BERLIN (LES AILES DU DESIR)

 

 

C'est de Qui ? Jürgen Knieper

 

 

La couv' :

 

 

Déjà croisé sur B.O BD ? Non 

 

 

On peut écouter ? Oui

 

 

 

Ca donne Quoi ? Ce n'est pas Dieu qui se réincarne dans le film de Wim Wender, mais ses anges. Un ange pour être exact, Damiel, incarné par Bruno Ganz. A l'époque, la fin des années 80, Wenders n'est pas encore devenu l'artiste pompeux qu'il est aujourd'hui. C'est un réalisateur qui a des choses à dire et à montrer. Collaborant avec l'écrivain Peter Handke, il livre une oeuvre puissante, parfois expresionniste, sur le Berlin de l'avant chute du mur. Une ville où déambulent les anges, captant les pensées de ses habitants, témoins mutiques des désirs et espoirs de tout un chacun. Jusqu'à ce qu'une trapéziste, dans un cirque itinérant, vienne tout faire basculer. 

 

La musique de Jürgen Knieper (collaborateur de Wenders sur ses 1ers films) apporte à la lecture de Dieu en personne une dimension baroque, réhaussée de nappes synthétiques, qui vient contrebalancer l'incarnation très pragmatique du personnage central et lui permet de s'inscrire dans une réflexion partagée avec le film sur le rôle du divin dans une société versée dans un profond matérialisme.

 

Hype un jour hype toujours ? Wenders a eu dans le passé quelques accointances avec U2 : le scénario de The Million Dollar Hotel, co-produit par Icon Entertainement International (la boite de production de Mel Gibson, acteur principal, qui a par la suite désavoué le film...) s'appuie sur une idée de Bono (qui y fait une très brève apparition), mais surtout, Wenders a réalisé le clip de Stay (Faraway, So close !), morceau de Zooropa, qui est un relecture des Ailes du désir avec les membres du groupe dans le rôle des anges.    

 

 

 

--------------------------------

 

 

 

Une chronique de Lio

Partager cet article

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags