22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 05:54

 

 

 

 

La BD, le Cinéma, La Musique c'est bien beau tout ça...mais si on élargissait nos horizons, si on sortait un peu du (des) cadre(s) et qu'on allait faire un tour du côté de la presse "papier", celle qui est en marge de la grosse production, celle qui "observe"?!

 

 

 

---------------------------------

 

 

Si vous demandez à un ado quelle différence il fait entre un magazine et une revue (veillez tout de même à ce que le contexte s’y prête, sinon vous risquez de passer pour un fêlé), il y a de fortes chances qu’il vous donne cette réponse : "Les magazines ?! Ben, c’est où on parle des people. Et les revues ? Euh… ben, c’est pour revoir les infos, non ?!". Définitions partielles, mais non dépourvues de vérité, preuve que celle-ci sort toujours de la bouche des enfants, même si, verlan oblige, il faut parfois la remettre à l’endroit.

 

 

 

 

En faisant opérer au mot "people" une petite migration de l’Angleterre vers la France (pour changer), on aboutit à la connexion "magazine/peuple", "peuple" qui se disait "vulgus", au temps de Cicéron, racine latine que l’on retrouve dans l’expression "vulgarisation" : "le fait d’adapter un ensemble de connaissances techniques, scientifiques, de manière à les rendre accessibles à un lecteur non spécialiste" (merci Little Bob !). Un magazine serait donc un périodique à destination du large public, des amateurs (sans connotation péjorative).

 

 

De son côté, si l’étymologie de "revue" renverrait de prime abord à un équivalent "papier" de la fonction Replay, proposée par de nombreuses chaînes TV (idée qui sous-tend, en partie, le principe de la "revue de presse"), le mot désigne, dans le champ qui nous préoccupe aujourd’hui, une "publication périodique souvent mensuelle, qui contient des essais, des comptes rendus, des articles scientifiques… ", plutôt à destination des professionnels et des spécialistes.

 

 

Première (sans connotation péjorative, hum…) est donc un magazine consacré au cinéma, tandis que Les Cahiers du cinéma, est une revue qui traite du 7art. Vous sentez la nuance ? Pour autant, on se demande du coup à qui s’adressent les magazines spécialisés (peut-être aux amateurs professionnels).

 

 

Evidemment, certains périodiques n’entrent pas si aisément dans l’une ou l’autre de ces catégories. Ils sont en quelque sorte hors-cadre (vous l’aviez pas vu venir, celle-là), comme l’objet qui nous intéresse aujourd’hui et qui a adopté pour se caractériser l’appellation d’"Observatoire de l’album et des littératures graphiques". Hors Cadre[s] partage avec les revues une diffusion confidentielle, une maquette pas franchement tape-à-l’œil et des analyses pointues (mais pas trop quand même, ne fuyez pas !). 

 

 

 

 

Publié depuis 10 ans, il propose deux fois par an, en mars et en octobre, une thématique centrale, "observée" par le prisme de divers supports qui vont des albums pour la jeunesse à la BD traditionnelle, en passant par les romans graphiques ou les expérimentations numériques. Le dernier numéro est consacré à l’humour, mais ont également été traités : les adaptations, le minuscule, le temps, le noir, le blanc… 

 

Il ne vous aura pas échappé que le titre de cet observatoire renvoyait également au jargon professionnel du cinéma (et de la BD), le "hors-cadre" (ou "hors-champ") désignant ce qui n’apparaît pas à l’image, ce qui est généralement laissé de côté, les éléments extérieurs au sujet principal, qui méritent pourtant qu’on s’y attarde. Ecrits aussi bien par des universitaires, des journalistes, que des professionnels du livre, Hors Cadre[s] s’adresse donc, et c’est en cela qu’il peut se rapprocher d’un magazine, à tous les amoureux du 9e art, curieux de découvrir toute les innovations que proposent les productions actuelles et qui ne sont pas toujours mis en lumière à leur juste valeur dans le reste de la presse spécialisée. 

 

 

Pour se le procurer, il suffit d'aller sur le site (un peu trop) minimaliste de la revue où sont indiqués les différents points de vente en France, ou de s'abonner.       


 

 

--------------------------------

Quelques Questions à Hors Cadre(s)

 

 

Votre revue existe maintenant depuis octobre 2007, comment expliquez-vous cette belle longévité compte-tenu des difficultés rencontrées par de nombreuses revues pour se maintenir face à la concurrence de la presse numérique ?

 

En adoptant dès le début une gestion prudente, nous avons pu équilibrer nos comptes en nous appuyant sur les achats de nos lecteurs. Pour les gens qui aiment le livre, il y a sans doute encore un grand intérêt à manipuler une revue papier. Notre rythme de publication (semestriel) facilite ces différents aspects, à la fois en termes de gestion, mais aussi de lectorat. Certains habitués me disent qu'ils se "réservent" toujours la lecture d'Hors-Cadre[s] pour un moment particulier : voyage en train, vacances, etc.

 

 

Parlant de création numérique et en référence au numéro que vous avez publié sur le sujet en mars 2015 - ainsi qu'à la chaîne Youtube animée par l'Atelier du Poisson Soluble ou au blog de Sophie Van der Linden* - envisagez-vous d'exploiter les possibilités graphiques et interactives offertes par le Web pour proposer à vos lecteurs un contenu augmenté ?  

 

On s'en tient pour l'heure à ces relais, même si nous avons en effet toujours en tête de publier des suppléments sur le site internet de la revue.

 

 

Comment déterminez-vous le choix des thématiques de vos différents numéros ?

 

Nous les programmons un an avant publication et la difficulté est de "sentir" des tendances qui vont se consolider dans les mois à venir. Mais nous n'avons aucune obligation ni contrainte, nous repérons plutôt les mouvements de fond que les tendances d'ailleurs. Mais nous avons eu plus d'une fois de jolie surprise lorsque le numéro paraissait en même temps que des expositions sur le même thème ou que les publications évoluaient favorablement comme ce qui s'est passé concernant les numéros sur le noir ou sur le documentaire. Pour le numéro portant sur la création numérique, alors que toutes les revues avaient déjà traité le sujet, j'ai préféré attendre. De fait, lorsque nous l'avons traité, le soufflé était un peu retombé, ce qui nous a permis d'aborder ce sujet avec plus de recul et de profondeur que si nous l'avions traité plus tôt.

 

 

 

 

Avez-vous une idée du « profil » général des lectrices et des lecteurs de votre revue (professionnels du livre, enseignants, auteurs, passionnés du 9e art…) ?

 

Une bonne partie provient d'abonnements professionnels, mais la plupart des achats sont réalisés en librairie, ce qui est une grande satisfaction pour nous. D'après les retours des libraires, ce sont à la fois des professionnels du livre et de la lecture et beaucoup de jeunes illustrateurs, étudiants, etc.

 

 

Notre blog traitant à la fois de bande dessinée et de cinéma (par le biais de la musique de film), je me demandais si vous envisagiez une future thématique sur l'animation ?

 

Notre point d'ancrage, c'est vraiment le livre, mais en effet, c'est une piste intéressante que l'on aborderait plutôt par l'influence de l'animation sur les littératures graphiques, ou alors sur le lien à la musique, etc.

 

 

● Question subsidiaire : diriez-vous qu' Hors Cadre[s] est plutôt une revue classique, jazz, rock… ou hors genre[s] ?   

 

Résolument Hors-Cadre[s] !

 

*Respectivement éditeur et rédactrice en chef de la revue.

----------------------

 

Une chronique et une Interview de Lio

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags