8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 07:43

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi LA PAROLE DU MUET.

 


C'est de qui Galandon & Blier

 

 

La Couv':

 

 

 

 

LA BD:

 


C'est quoi L’INVENTION DU CINEMATOGRAPHE

 


C'est de qui Galandon & Blier

 

 

La Couv':

Silence, Moteur, Parole!  /  La Parole du Muet  Vs.  L'Atalante

 

 

 

 

 

Déjà lus chez nous? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Grand Angle

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Sur un blog qui associe BD et musiques de films vous vous doutez qu’un diptyque ayant pour sujet le cinéma muet avait évidement sa place. La Parole du Muet se déroule donc au début du siècle dernier, en France, alors que le cinématographe vient de faire ses premiers pas sous l’impulsion de ses pères : les Frères Lumière et Georges Méliès en tête et qu’il entame probablement sa plus grande évolution : le Parlant !

 

On y suit Célestin, un jeune homme au physique un peu difficile, tombé amoureux de cette nouvelle technologie qui va rejoindre la capitale pour y percer. Si son entrée dans le monde du 7 Art se fait par la petite porte –il travaille comme accessoiriste sur un tournage- sa rencontre avec une jeune actrice muette qui a écrit un scénario (et accessoirement  tourne des séquences dénudées pour l’argent), va changer la donne. Voilà donc notre duo, accompagné d’un collègue de Célestin, qui s’introduit de nuit dans les studios pour tourner son premier film.

 

Ode à une époque bénie et clairement révolue du 7° Art, Le géant et l'éffeuilleuse multiplie les clins d’œil et les références et bénéficie d’un trait semi-réaliste original qui n’est pas sans faire penser parfois à celui de gens comme Rossi ou Franck Biancarelli à leurs débuts.

En amateur éclairé des deux media j’ai trouvé cette lecture des plus agréables.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? L’ATALANTE

 

 

C'est de Qui ? M. Jaubert

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous? Quelquefois oui.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour le seul long-métrage de Vigo, mort de la tuberculose alors que le film sortait sur les écrans, Maurice Jaubert, qui a déjà mis en musique le célèbre court Zéro de Conduite du même réal’, décide, à coté du thème et de chansons d’époques réorchestrées, de coller aux images allant par exemple jusqu’à faire reproduire aux instruments certains sons entendus dans le film comme le rythme du bateau sur le fleuve. Musique très illustrative donc que cette B.O de l’Atalante, mais très mélodique également. En effet, le compositeur, qui a débuté au grand écran avec Renoir (et va entamer une fructueuse collaboration avec Marcel Carné avant d’être victime de la seconde Guerre Mondiale) est un prodige du piano et compose, parallèlement à sa carrière cinématographique, nombre d’œuvres classiques. Il n’hésite donc jamais à mettre à profit ses connaissances musicales dans ses bandes originales.

Pourtant, la version voulue par Vigo de son film, tout comme la musique de Jaubert, manquèrent de tomber dans l’oubli ; le réalisateur n’étant pas en odeur de sainteté à l’époque, les studios avaient décidé de changer le titre, remonter les séances et remplacer la musique du compositeur.

Outre la concordance des époques, la BD et la B.O couplées ici partagent des thèmes commun : une certaine critique de la société bien séante, l’amour, la comédie douce-amère.

 

 

------------------------------------------

 

 

Une chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags