20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 17:33

 

Exit les grandes figures tutélaires du genre, en guise de mise en bouche de la seconde partie du cycle, à venir samedi prochain, Peio nous fait redécouvrir un super héros des plus atypique qui a lui même été l'objet d'un remake...

 

 

 

 LA BD :

 

 

 


C'est quoi OMEGA L'INCONNU

 

 

 C'est de qui :  Jonathan Lethem et Farel Dalrymple

  

 

La Couv' :

 

 

Déjà croisé chez nous? Allez savoir

 

 

Une planche :

 

 

 

Ca donne Quoi ? Si le concept de remake est monnaie courante au cinéma, il est déjà beaucoup plus rare dans le domaine de la BD. C'est pourtant le projet de Jonathan Lethem, romancier de son état : « refaire » Omega the Unknown, titre éphémère des années 70 made in Marvel, coécrit par Mary Skrenes et son célèbre acolyte, le regretté Steve Gerber (Man-Thing, Howard the Duck). Ce dernier, parfois surnommé à juste titre « le Grant Morrison des années 70 », s'est spécialisé dans les titres étranges et profondément originaux. C'est cette étrangeté très spécifique aux écrits de Gerber que Lethem souhaite émuler...

Le récit gravite autour d'un jeune adolescent, James-Michael Starling, qui se découvre des capacités surhumaines étranges et un lien tout aussi étrange avec Oméga, justicier costumé mutique, et pastiche à peine déguisé du plus célèbre des Kryptoniens, Superman. Cette reprise signée Lethem rivalise avec son modèle en termes de bizarrerie, même si elle se révèle finalement plus drôle et un brin moins anxiogène. Lethem trouve un équilibre intéressant entre renvois directs (comme le décalque tel quel du final saisissant du premier numéro des années 70) et apports bienvenus (l'intrigue finit par diverger radicalement). Il préserve aussi, très intelligemment, le sous-texte du titre inachevé (faute de vente suffisantes) de Gerber et Skrenes : le jeune héros, loin de se cantonner à un rôle de simple sidekick, est le véritable personnage principal de la série ; il constitue une sorte de miroir, d'allégorie des rapports complexes entre les jeunes lecteurs de comic-books et leurs héros de papier...

 

 

 

 

LA MUSIQUE :

 

 

 

 C'est Quoi ? THE GUESSING GAME

 

 

 C'est de Qui ? Cathedral

 

 

 La couv' :

 

 

Déjà croisé chez nous? Non

  

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne quoi ? Après avoir été le chanteur des inventeurs du grindcore Napalm Death, réputé groupe le plus rapide du monde à la fin des années 80, Lee Dorrian s'est dit qu'il n'était pas si illogique de devenir celui du groupe le plus lent du monde, Cathedral. En 2010, après des années à faire vivre l'héritage de Black Sabbath et consorts, et sentant que la fin du groupe est proche (elle surviendra en 2013 après le bien-nommé The Last Spire), Dorrian et ses complices se disent qu'il est peut-être temps de larguer les amarres et de verser dans la bizarrerie la plus poussée et assumée. Double-album généreux et délirant, The Guessing Game ne délaisse pas pour autant les influences heavy du groupe mais y adjoint dans un joyeux foutoir les effluves de certains des groupes les plus audacieux des années 70, qu'ils soient prog (Camel et Caravan en tête) ou krautrock.

Et c'est finalement en oubliant totalement d'être conventionnel que le groupe signe son chef-d'oeuvre tardif, malgré quelques fautes de goût ici ou là (par exemple, les paroles débiles du dernier titre Journeys Into Jade se contentent d'égrainer la discographie du groupe...!). Novateur tout en gardant un œil attentif sur le rétroviseur des années 70, The Guessing Game se révèle un potentiel compagnon musical du travail de Lethem et Dalrymple ; dans les deux cas, leurs géniteurs ont compris que ce qu'il y avait de plus précieux à conserver des années 70, c'était précisément le goût de l'audace et de l'inédit.

 

 

 

-------------------------------

 

 

Une chronique signée Peio

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags