20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 10:05

 

 

 

Après s'être penché sur les deux figures emblématiques de chez DC, nous ne pouvions pas faire de même avec l'éternelle concurente, la Maison des Idées. Lio nous présente donc une relecture des myth(os)es pointue et passionante.

 

 

 

 

 

LA BD :

 

 

 

 

C'est quoi : MYTHOS

 

 

 

C'est de qui ? Paolo Rivera & Paul Jenkins

 

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lus sur B.O BD ? Oui pour Jenkins (avec Fiction Squad)

 

 

 

Une planche : 

 

 

 

Ca donne quoi ? Etrange projet que Mythos. Mettre en parallèle la genèse ou les premières aventures modernisées - juste ce qu'il faut - des plus illustres figures du panthéon Marvel, on se prendrait presque à rêver que la Maison des Idées se soit lancée dans un exercice de philologie. Une manière de montrer que les éléments fondateurs de ses personnages ont bien acquis, avec les décennies, le statut mythique de ceux décrits dans les épopées et autres poèmes antiques : Achille, Ulysse, Thésée, Enée... les X-Men, Hulk, Ghost Rider (?!), Spiderman, les Fantastic Four et Captain America, même combat. 

 

Parler des super-héros comme d'une mythologie moderne (américaine) est devenu un lieu commun aujourd'hui. Dès la publication des 1ères aventures de Superman en 1938, les comics, en quête de légitimité littéraire et de ressorts narratifs éprouvés, se sont appuyés sur ces héros ancestraux établis et (re)connus de tous. Par la suite, les scénaristes, Stan Lee (le "Homère du XXe siècle") en tête, n'hésiteront pas à piocher certains de leurs nouveaux personnages (Thor, Hercule...) dans ce vivier foisonnant. Avec le temps, ils se lanceront dans la création de panthéons originaux (voir Jack Kirby et ses New Gods ou ses Eternels), avant de pouvoir se livrer à une relecture de leur propre mythologie (Watchmen, Authority, Planetary...). Ceux que le sujet intéresse pourront se référer à l'essai brillant et concis d'Alex Nikolavitch, Mythe et super-héros, édité aux Moutons Electriques.

 

 

Si le rapprochement entre comics et "mythics" n'est donc pas nouveau, rien n'empêchait d'enfoncer le clou en proposant à Paul Jenkins, scénariste des Inhumains (autre exemple de panthéon alternatif), de prouver de façon éclatante, avec le soutien des peintures flamboyantes de Paolo Rivera, la puissance évocatrice éternelle de certaines origines super-héroïques. Sauf qu'en creusant un peu, on se rend vite compte que les intentions qui ont présidé à la création de Mythos n'ont rien de franchement louables. Elles relèvent, au contraire, de la pure stratégie marketing. De la part de Marvel et de l'homme qui a pu pondre la purge Wolverine : Les Origines, est-ce vraiment surprenant ?

 

Petit rappel... En 2006, lorsque le 1er numéro de la mini-série est publié, les spectateurs viennent d'essuyer la 1ère salve des films produits par l'éditeur : les deux X-Men de Singer, les deux Spider-Man de Raimi, le Hulk de Lee et L'Incroyable Hulk de Leterrier, la mise en chantier du Ghost Rider de Johnson (serait-ce donc pour ça que le personnage, au demeurant sympathique, mais pas franchement classique, aura droit lui aussi à son épisode ?!). Bref, toutes ces sorties ont attisé la curiosité d'un lectorat potentiel, pas forcément féru, à la base, de héros en spandex bariolés. Quoi de mieux pour les accrocher au Marvelverse que de leur proposer un support qui servirait de pont entre les films et les comics ? La réponse est apportée par Jenkins lui-même : il suffit de raconter une nouvelle fois les origines de certains personnages incontournables, en privilégiant si possible ceux qui sont concernés par une adaptation cinématographique, et en modificiant ici ou là quelques détails pour que lesdites origines concordent mieux avec ce qui a été montré sur les écrans. Voila la véritable genèse de Mythos, ou comment capitaliser sur le succès remporté par des films de super-héros pour ferrer une nouvelle génération de consommateurs (pardon... de "fans"). 

 

 

 

 

On ne va pas se cacher que l'ambition d'éditeurs comme Marvel ou DC a toujours été de générer un maximum de profits en s'appuyant sur des créations qui essayent de concilier, avec plus ou moins de bonheur, impératifs commerciaux et qualité artistique. Mythos ne déroge pas à la règle. Elle constitue même l'un des exemples les plus manifestes de la politique éditoriale de Marvel. En avoir conscience ne gâche pas complètement le plaisir que l'on peut éprouver, en la lisant, de (re)découvrir les origines de nos personnages préférés, même si cela en altère quand même la saveur. 

 

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE :

 

 

 

 

 

C'est Quoi ? HEROES SYMPHONY

 

 

C'est de Qui ? Philip Glass

 

 

La couv' : 

 

 

Déjà entendu dans le coin ? Oui

 

 

On peut écouter ?

 

 

 

Ca donne quoi ? : Pas évident de trouver une BO qui accompagne la lecture de sept histoires qui n'ont en commun que de revisiter la genèse de certaines icônes Marvel. Toutefois, comme il est question, avec Mythos, de réappropriation d'oeuvres majeures de la culture pop et de (super) héros, l'occasion est trop belle pour ne pas proposer, en regard de la BD, la Heroes Symphony de Philip Glass, compositeur qui a par ailleurs mainte fois collaboré à des musiques de films.

 

L'influence de la musique minimaliste de Glass est particulièrement perceptible sur Low et Heroes, les deux 1ers albums de la trilogie berlinoise, enregistrés en 1977 par David Bowie, avec la complicité de Brian Eno. Juste retour des choses, en 1992, pour sa Première Symphonie, le compositeur américain s'inspirera de Low et, quatre ans plus tard, pour sa... Quatrième Symphonie, de Heroes. La boucle était bouclée. Alternant rythmique répétitive et ensorcelante, caractéristique du style de Glass, et "musique vaporeuse [... capiteuse à l'envie" (je cite la description très parlante qu'en faisait Frank Mallet dans les Inrocks), cette Heroes Symphony offre une relecture aussi jubilatoire et envoûtante du tube éponyme, composé naguère par le Thin White Duke, que peuvent l'être les peintures de Rivera revisitant les travaux de Kirby, Ditko ou Ploog.

 

 

------------------------------

 

 

Une chronique signée Lio 

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags