28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 09:29

 

Une journée spéciale dédiée à Micheluzzi dont les oeuvres sont rééditées dans un Noir et Blanc qui fait honneur au trait aux éditions Mosquito.

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : KHYBER

 

 

C'est de qui ? Micheluzzi

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lu dans le coin? Oui.

 

 

C’est édité chez qui ? Mosquito.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Quand on parle de BD transalpine, on pense la plupart du temps en premier lieu à Pratt. Heureusement, et en partie grâce à Mosquito, on a (re)découvert ces dernières années les œuvres de gens aussi doués, et méritant autant l’attention, que le papa de Corto Maltese, des auteurs comme Battaglia, Toppi ou encore celui qui nous intéresse aujourd’hui, Micheluzzi . Architecte reconverti sur le tard dans le 9° Art, il a produit des récits fleurant bon l’aventure classique à l’américaine, dans l’esprit d’auteurs comme Milton Caniff par exemple.

Khyber, réédition classe de L’Homme du Khyber (paru il y  a 30 ans !)ne déroge pas à cette règle, on y suit un jeune homme métis dans l’Inde à la fin du XIX° siècle, encore sous la coupe des britanniques. Caissier dans une banque, Réginald Winkie a tout pour lui : une situation intéressante, une maîtresse de la haute, une jeune amoureuse transie et un don pour gagner aux cartes. Mais une telle réussite, surtout pour un homme de son origine, fait forcément des envieux. Notre héros va se retrouver au sein d’une machination diplomatique, accusé de meurtre et obligé de s’enfuir et de se cacher.

Commence alors la longue traque pour se venger des responsables de sa déchéance qui le poussera même à prendre part aux conflits entre natifs et occupants.

Coté scénario on pense aux grands films d’aventure des années 50 et 60, des choses comme Lawrence D’Arabie ou Capitaine King (qui se déroule dans le même contexte d’ailleurs), quant au  dessin il est de toute beauté, réaliste et expressif, rehaussé par le choix du noir et blanc (l’édition originale était en couleurs, criardes au possible) pour couronner le tout  Micheluzzi maitrise la narration graphique  avec un talent rare.

Bref  encore une réédition qui fait plaisir à lire !

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? STALAG 17

 

 

C'est de Qui ? F. Waxman

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous? Oui, pas mal de fois.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Quand Billy Wilder adapte pour le grand écran cette pièce de 1953 il lui insuffle une dimension épique qui vaudra, entre autres, à William Holden, l’Oscar du meilleur acteur cette année là.

La B.O n’est pas en reste, assez brève mais impressionnante d’efficacité. Waxman est parti du classique When Johnny Comes Marching Home  pour composer son thème principal et le décliner selon les ambiances évoquées. Les percussions sont également très présentes tout au long de la partition dans un esprit martial prononcé sans être lourd.

Tout le talent de Waxman sur ce film (et sur une grande partie de sa carrière en fait) est de savoir quand les images parlent d’elles mêmes sans avoir besoin du support de la musique, ce qui rend celle-ci encore plus marquante quand on l’entend.

 

 

----------------------------------

 

Une chronique par Fab

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags