27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 14:39

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : L’APOCALYPSE SELON MAGDA

 

 

C'est de qui ? C. Vollmer-Lo et C. Maurel

 

 

La Couv':

 

 

Déjà croisé chez B.O BD ? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Delcourt.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Et si vous n’aviez plus qu’un an à vivre, si dans 365 jours le monde disparaissait, que feriez-vous ? Et si vous étiez une jeune fille de 13 ans par-dessus le marché ? C’est le cas de Magda, ado paumée qui va faire le choix de briser les barrières des interdits pour être sure de ne rien regretter le jour j venu.

Une idée intéressante de traiter du traumatisme de l’adolescence en le plaçant sur fond d’apocalypse annoncé. Sauf que l’on sait d’emblée que l’apocalypse en question n’aura pas lieu, le scénario étant traité sur le mode du flashback. Le propos en est d’autant plus appuyé que, au contraire des protagonistes, le lecteur en  est conscient, et que point de zombies ou de menace science fictionnesque à l’horizon, malgré le sort funeste annoncé, extérieurement rien n’a changé. Nous  assistons donc  avec d’autant plus d’empathie au destin de la jeune héroïne (et de ceux qui l’entourent) confrontés à la fatalité et au choix de tout envoyer paître qui brule l’existence par les deux bouts.

Des situations de tranches de vie fortes, des protagonistes et des scènes crédibles et touchants, l’album, malgré ses presque 200 pages se lit d’une traite et fait preuve d’autant d’originalité que de sensibilité.

La partie graphique, très nouvelle école (pas sans faire penser parfois à des gens comme Thomas Gilbert, en moins torturé cependant) sert fort bien son scénario, ce one-shot révèle un duo d’auteures en phase s’il en est !

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? THE REVENANT

 

 

C'est de Qui ?   R. Sakamoto, A. Noto & B. Dessner

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez B.O BD ? Yep pour Sakamoto, les autres je ne pense pas.

 

 

On peut écouter? Un patchwork:

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit mais j’ai failli battre Jean Claude dans un concours de grand écart facial, l’association suivante prouve, si besoin en était, que j’ai de beaux restes.

Nous voilà donc en présence d’un objet cinématographique qui m’a laissé quelque peu dubitatif…chef d’œuvre (trop) annoncé ? Bestiau à Oscar ? Performances d’acteurs un brin too much ? Remake emprunté ? Ou tout simplement grand film ? Je n’ai pas encore la réponse à la question, qui finalement ne m’intéresse que peu, l’avenir dira, ou pas, si The Revenant marquera le cinéma ou ne restera pas dans les annales.

 

 

"Where The F... is my Oscar?!"

 

Entre mouvements de caméra étourdissants mais bien souvent complètement gratuits (qui feraient presque  passer certaines séances pour une pub Go-Pro), plans s’étirant en longueurs métaphysiques ratant de peu le coche et scènes d’actions et de suspense réussies mais déséquilibrées, la plus grosse erreur d’ Inarritu aura peut être été d’embaucher Ryuchi Sakamoto, son collaborateur de longue date l’allemand féru d’électro Alva Noto et  l’un des membres des pénibles The National  pour mettre son glacial ballet revanchard en musique.

Certes Sakamoto n’est pas un nouveau venu dans la musique pour le grand écran, il a écrit pour Oshima, Bertolucci, De Palma et j’en passe, et est un artiste complet aux influences aussi multiples que diverses, mais là où le précédent long du réal’ mexicain  faisait mouche niveau B .O, (et déjà abusait des travellings  sans fins !), avec une partition entièrement jouée à la batterie et pourtant passionnante de bout en bout, l’approche atmosphérique planante du trio de compositeurs plombe pas mal un rythme déjà bancal aux moments de suspense ou d’action réussis mais trop rares pour vraiment sauver l’ensemble. Trop d’électronique pas assez d’organique, trop de plages d’ambiances éthérées, pas assez de violence dans un film qui en méritait bien plus.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je n’aurais pas voulu d’un clone d’ Hans Zimmer sur le coup, on peut très bien mettre en musique un film de genre en étant original et en sortant (loin !) des sentiers battu et je reste persuadé que The Revenant aurait eu une toute autre aura avec une B.O différente. Alors pourquoi cette tirade si cette B.O ne m’a pas plu ? D’abord parce qu’elle ne m’a pas plu avec le film, et ensuite parce qu’à contrario elle s’est avéré très en phase avec l’Apocalypse du jour…et c’est quand même pour ça que vous êtes venus non ?

 

 

--------------------------------

 

 

Une (bien trop longue!) chronique de Fab

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags