26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 16:07

 

(Parce qu'il n'y a pas que la BD dans la vie -en fait si mais c'est pour ne pas passer pour des incultes complets- nous avons décidé de chroniquer, une fois par mois -oui, faut pas abuser non plus- un "vrai" livre, sans images -quoique- mais, dans la mesure du possible, toujours avec un rapport plus ou moins lointain avec la BD, Les B.O voir le cinéma. C'est une oeuvre sur ce dernier domaine qui ouvre le bal)

 

 

 

 

 

« Is everybody in ? Is everybody in ? Is everybody in ? The Ceremony is about to begin. »

James Douglas Morrison

 

 

 

 

 

LE LIVRE:

 

 

 

C'est quoi : CINEMA HERMETICA

 

 

C'est de qui ? Pacôme Thiellement

 

 

La Couv':

 

 

Déja lu chez nous? Non

 

 

C’est édité chez qui ? Super 8.

 

 

Ca donne Quoi ? La première fois que j’ai lu Pacôme Thiellement c’était dans Rock n’ Folk, ça remonte à un bail (ça devait être l’un de ses premiers papiers). Depuis je ne lis plus R&F (même si ça n’a rien à voir avec Thiellement) et je ne suivais que de loin l’actualité de l’auteur multi talents qu’est devenu mon contemporain (nous sommes de la même année). C’est donc avec curiosité que j’ai ouvert Cinema Hermetica, ouvrage qui avait tous les atouts (ou presque, j’y reviens) pour me plaire. Jugez plutôt : inspiré par les photos d’un cinéma abandonné dans le désert égyptien, Pacôme Thiellement s’attaque à une poignée de ses films cultes et les retourne dans tous les sens. Pour chacun des longs proposés il résume le scénario avant de se lancer dans des analyses aussi prenantes que farfelues parfois. Ainsi il n’hésite pas à analyser le Nosferatu de Murnau à la lumière de Buffy contre les Vampires,

 

 

 

 

 

 

Evoque, pour le fabuleux Freaks (un film mésestimé qui est dans mon top 10 depuis plus de 25 ans) la téléréalité, la lutte des classes et, évidement, la série TV Carnivale ;

 

 

 

N’hésite pas à passer une page complète sur la symbolique de l’ours en partant d’un passage d’une poignée de secondes dans Shinning

 

 

 

La bande annonce la plus énigmatique d'un des films les plus flippant.

 

 

Au programme du reste des réjouissances on retrouve également Welles (mais pas pour Citizen Kane, et c’est une bonne chose), Polanski (pour le film qu’il n’aurait pas du réaliser), Cassavettes ou encore Argento. Si j’ai sciemment zappé les passages sur les films que je n’ai pas vu (Céline et Julie vont en bateau, Nymphomaniac), j’ai été assez bluffé par le reste (même si je me suis demandé à quelques reprises si l'évocation récurrente de Buffy et de son spin off Angel ne desservait pas parfois le propos au vu du degré des oeuvres comparées).

 

Au final, Cinema Hermetica, vous l’aurez compris, est bien plus qu’un énième bouquin sur le 7° Art. Au milieu de digressions parfois vertigineuses Thiellement place quelques phrases d’une portée quasi métaphysiques et autres réflexions sur le sens et la philosophie de l’existence via le prisme de ses interprétations de films et livre un ouvrage étonnant à plus d'un titre.

 

Et puis c’est pas parce qu’il ne fait pas de BD qu’on allait se priver d’une petite interview de l’auteur, même si, vous allez pouvoir le constater, on a un peu modifié les questions :

 

 

------------------

 

 

 

 

Bonjour Pacôme et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD, quelque peu adapté pour la situation :

 

 

 

Commençons par un classique :

 

 

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

En ce moment :

Frank Zappa, Lumpy Gravy

Beatles, Magical Mystery Tour

Prince, Purple Rain

Secret Chiefs 3, Book of Souls

Eyvind Kang, The Narrow Garden

 

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

En ce moment :

Gébé, Berck

Fred, Le Petit Cirque

Killoffer tel qu’en lui-même

Olivia Clavel, Télé au Royaume des Ombres

Crumb, Le retour de Mr. Natural

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

La musique de « Jamais plus toujours » de Yannick Belon par George Delerue. Elle me fait pleurer.

 

 

    Alors que tu sembles l’apprécier particulièrement, pourquoi aucun film de David Lynch ne figure t-il au générique de Cinéma Hermetica ?

 

J’ai déjà énormément écrit sur David Lynch ; un livre entier sur Twin Peaks, « La Main gauche de David Lynch » et il apparaît dans tous les autres... J’ai écrit au sujet de « Erarserhead » dans « L’Homme électrique » ; de « Lost Highway », de « Mulholland Drive » et de « Lost Highway » dans « Pop Yoga ». J’avais prévu de faire un chapitre supplémentaire sur « Twin Peaks » dans « Cinema Hermetica » mais finalement je ne l’ai pas trouvé assez réussi ni légitime. Et puis c’était plus fort d’écrire sur des artistes que j’adore depuis longtemps mais sur lesquels je n’avais encore presque rien fait : Murnau, Browning, Welles, Cassavetes, Polanski, Zulawski, Argento, Kubrick…

 

 

 

 

Ton travail :

 

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris, et plutôt quoi ?

 

 

J’écoute de la musique tout le temps. Beaucoup de soul music, de funk, de jazz et un peu de pop, un peu de musique arabe, un peu de rap. J’écoute Zappa tous les jours, les Beatles tous les jours, Prince tous les jours, et tous les jours un peu plus Aretha Franklin, Otis Redding, Al Green, Curtis Mayfield, Wilson Pickett, Sam Cooke, James Brown, Stevie Wonder. A partir du moment où j’écris je ne me rends plus compte de rien. Je suis dans « ma transe ». Je suis concentré et la musique pourrait tout aussi bien être du Annie Cordy que ça ne changerait strictement rien à ce qui se passe. Souvent, au bout d’un moment, j’arrête mon itunes parce qu’il passe sur un morceau qui m’agace soudain pour une raison difficile à déterminer et je ne le relance pas sur autre chose. Et la journée devient silencieuse jusqu’à ce que j’étouffe sur mon texte. Alors je relance mon itunes et chante et danse avec lui à tue-tête sur tout ce qui passe.

 

 

 

 

Ce sur quoi tu travaille actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sur) ?

 

Thomas Bertay et moi terminons les deux premiers volets d’une tétralogie documentaire libre consacrée à Frank Zappa, aux Freaks, à la pataphysique et au carnavalesque dans l’Histoire. Ces deux premiers films devraient être prêts d’ici Mars. Sinon je travaille sur les textes retrouvés à Nag Hammadi pour un essai sur les gnostiques, et sur Comme il vous plaira de William Shakespeare pour une création de la compagnie de théâtre Les 7 Sœurs. J’ai aussi envie de travailler sur l’Apocalypse dans les séries télévisées et sur les Illuminations de Rimbaud.

 

 

Et si…

 

 

…en lieu et place de la littérature tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

 

            J’aurais joué du trombone dans un groupe de heavy metal.

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées !

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags