6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 17:14

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA CAROTTE AUX ETOILES

 


C'est de qui   Thierry Murat, Régis Lejonc et Riff Reb’s

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lu chez nous?  Oui pour le dessinateur.

 

 

Une  planche:

 

 

Ça donne Quoi ?   Via une allégorie animalière qui n’est pas sans faire penser aux fables de La Fontaine (si le monsieur avait vécu au XX° siècle s’entend) Murat, adapté ici par Lejonc, raconte la perte des rêves et des illusions en nous contant l’histoire d’un lapin scientifique qui, après avoir réussi à atteindre son but, créer une carotte volante/feu d’artifice va se retrouver confronté au progrès, vendre son invention à un requin (au sens propre !) de la finance puis participer pour le compte du roi soleil à la création d’une carotte de destruction massive qui anéantira la lune elle-même. S’éloignant un temps des récits maritimes expressifs, Riff Reb’s prouve, si besoin était, qu’il est à l’aise quelque soit le contexte et réalise un sans faute animalier superbe. Un récit universel qui parlera aussi bien aux petits qu’aux grands.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? VINCENT

 

 

C'est de Qui ? Ken Hilton

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez B.O BD? Non

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ?  Alors encore sous contrat chez Disney, Burton se voit alloué un budget et une équipe réduite afin de réaliser un court métrage inspiré d’un poème qu’il a écrit et comptait transformer en histoire pour enfant avant de décider d’en faire un film d’animation. Le résultat, si fort peu prisé par le studio aux grandes oreilles qui le retirera rapidement du circuit, est un bijou dans son genre, hommage au cinéma expressionniste européen du début du siècle (précédent aujourd’hui n’est ce pas) à l’univers d’Edgar Allan Poe et, last but not least, au grand Vincent Price qui prêtera d’ailleurs sa voix à la narration.  La musique en leitmotiv (au début et à la fin) est de Ken Hilton qui reprend un air célèbre intitulé The Streets of Cairo (écrit par un certain Sol Bloom) et souvent associé aux charmeurs de serpents (bien que, si vous voulez mon avis, aucun charmeur de reptiles n’a jamais du la jouer mais passons). Le reste du dessin animé est plein d’orgues menaçantes et gothiques à souhait singeant avec humour les B.O des vieux films d’horreur de la Hammer ou de chez Universal.

 

 

-----------------------------

 

Une chronique signée Fab

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags