30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 09:01

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

 

C'est quoi : LA GUERRE DES ETOILES

 

 

C'est de qui ? Mike Mayhew & Jonathan W. Rinzler

 

 

La Couv':

 

 

Déja croisé sur le site? Oui pour le dessinateur.

 

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Au début des années 70, le jeune réalisateur George Lucas veut se lancer dans une adaptation cinématographique de Flash Gordon. Refoulé par des ayants-droits trop gourmands qui verraient plutôt une pointure comme Fellini derrière la caméra, il se décide à écrire lui-même un scénario de SF original et aboutit à un premier synopsis intitulé : "Le Journal des Whills", dans lequel certains éléments constitutifs de sa future hexalogie - les Jedi, Han Solo, l’Empire - sont déjà mentionnés. Un an plus tard, rassurée par le succès d’American Graffiti, la 20th Century Fox accepte de payer une avance pour l’écriture du scénario. Dès lors, le réalisateur s’enferme dans son bureau pour en ressortir, en mai 1974, avec un premier jet qui s’appelle désormais The Star Wars. C’est cette mouture originelle que Dark Horse, avec l’aval de son auteur, a décidé d’adapter en bande dessinée. On est en droit de s’interroger sur la pertinence (autre que bassement pécuniaire) de vouloir exhumer une histoire à laquelle personne n’entendait grand-chose à l’époque où elle a été écrite et qui sera largement remaniée par la suite. La question est donc posée : fallait-il vraiment donner vie à The Star Wars ? Le constat est simple, si le scénario avait été réalisé tel quel, il aurait probablement donné lieu à une œuvre indigeste, plombée par des rebondissements incessants et une intrigue tentaculaire. Toutefois, il faut admettre qu’en BD la pilule passe plutôt bien et renoue même agréablement avec l’esprit fondateur d’Alex Raymond, grâce au dessin élégant et réaliste de Mike Mayhew qui exploite avec brio les travaux préparatoires du génial Ralph McQuarrie. Si la trame de Star Wars est déjà là : le Jedi Luke Skywalker aide la princesse Leia à lutter contre le terrible Empire galactique et à reprendre son trône, il est intéressant de pouvoir relever toutes les scènes et personnages qui réapparaitront par la suite dans des contextes et des rôles parfois très différents. Bien qu’elle hérite des imperfections scénaristiques de son matériau d’origine, cette relecture alternative de Star Wars offre au fan de cet univers, ou simplement de SF rétro, un plaisir d’évasion et d’exotisme tout à fait rafraîchissant qui justifie à lui seul la lecture de cette BD.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ?  LES PLANETES

 

 

C'est de Qui ?   Gustave Holst

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu chez nous ? Non, mais on l'a déjà évoqué ici

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne quoi : Quoi de mieux que la musique de Star Wars : A New Hope pour accompagner la lecture de cette adaptation de la première mouture du scénario écrite par Lucas. Trop évident ? Très bien. Orientons-nous alors vers la suite orchestrale qui a servi de temp track pour le montage du film et de source d’inspiration majeure à John Williams pour sa BO. Les Planètes est sans conteste l’œuvre la plus célèbre du compositeur anglais Gustave Holst. Ecrite entre 1914 et 1917, elle a été jouée au lendemain de la guerre dont elle porte les stigmates, tout particulièrement dans son premier mouvement : Mars (forcément), morceau dont la violence rythmique, les dissonances et le chaos musical a heurté la sensibilité du public, avant de devenir l’objet d’une véritable surexploitation dans le cinéma américain. Les six autres mouvements, respectivement Vénus, Mercure, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune, alternent douceur céleste et tensions mélodiques. Ils épousent ainsi avec justesse la grande aventure spatiale à laquelle Mayhew et Rinzler nous convient à travers les étoiles. 

 

 

 

-------------------

 

Une chronique signée Lio

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags