21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 11:53

 

Après quelques reprises croisées, piochées dans l'actualité des sorties et publiées cette semaine dans le cadre de notre thématique mensuelle sur les séries franco-belges, le week-end sera consacré à la comparaison d'albums tirés de deux séries pour le moins emblématiques : Spirou et Blake & Mortimer. Afin d'apporter des éléments de réponse à la question posée :"C'était mieux avant ?", ces séries seront donc envisagées à deux périodes bien distinctes de leurs publications, avec et sans la participation de l'artiste qui a contribué à établir leur notoriété. C'est le Rédac' Chef en personne qui ouvre le bal avec une aventure du plus célèbre des grooms!

                  Lio

 

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : LA MAUVAISE TÊTE

 


C'est de qui : Franquin

 

 

La Couv':

 

 

Déjà lus sur B.O BD? Non.

 

 

C’est édité chez qui ? Dupuis, un lien vers le site :

 

 

Une planche:

 

 

 

Ca donne Quoi ? Vous le savez si vous suivez B.O BD depuis quelques temps, j’ai dû lire une quinzaine de Spirou  toute époques confondues, et encore, sur le tard, n’ayant  pas été à cette « école » dans ma prime jeunesse. Je peux pourtant affirmer sans peine que cette Mauvais Tête, où  Fantasio est accusé de divers forfaits et où Spirou va tout faire pour l’innocenter face à un Némésis retors, est probablement le meilleur que j’ai rencontré. Est-ce parce que cet album est, en substance, le plus « Tintin » des Spirou, l’humour en plus ? Je ne saurais dire, mais il faut avouer que l’alliance d’un scénario typique de fausse identité (à l’intrigue menée tambour battant) et du dessin parfait de Franquin qui rend à merveille l’ambiance des années 50 (surtout dans ce format en noir et blanc), fait toujours son effet, plus de 60 ans après sa parution initiale. De la récente et luxueuse collection 50/60 de Dupuis Niffle, nous avions chroniqué le Chaminou, qui, si fort sympathique de par son scénario délicieusement désuet, n’avait pas convaincu côté commentaires. L'affaire est différente ici, Dayez semblant bien plus inspiré par son sujet, il livre des anecdotes intéressantes que ce soit sur le personnage et la série, mais aussi sur l’auteur et l’époque du récit. C’est bien simple j’ai même lu deux fois l’ouvrage, la première pour l’histoire la seconde simplement pour apprécier les annotations. Une belle réussite que cette réédition.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ? DEADFALL

 

 

C'est de Qui ? J. Barry

 

 

La couv' 

 

 

Déjà croisé chez nous? Fort souvent.

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Une fois encore, cette comédie policière est un de ces films plus modestes qui permet à John Barry, en 68, de se sortir des carcans calibrés des B.O des James Bond qui, si elles lui apportent une certaine notoriété, ne lui permettent pas forcement d’exprimer tout son potentiel.  Deadfall présente même un certain challenge pour Barry puisque le réalisateur lui demande d’écrire un concerto pour guitare qui doit accompagner l’entièreté d’une scène de casse complètement muette. Un peu d’underscoring classe vient compléter ce tour de force qui, cela étant, ne réussira pas à apporter au film – plombé par des choix scénaristiques discutables - le succès escompté. Pas grave puisque avec cette enquête trépidante de Spirou, ça ajoute à l’originalité de l’ensemble avec brio !

 

----------------------------

 

Une chronique par Fab

Partager cet article

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags