21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 17:37

 

 

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi ? LE JOURNAL D’UN INGENU

 

 

C'est de qui ? Emile Bravo

 

 

La Couv' :

 

 

Déjà croisé sur le site ? Oui

 

 

C'est édité chez qui? Dupuis, un lien vers le site:

http://www.dupuis.com/le-spirou-de/bd/le-spirou-de-tome-4-le-journal-d-un-ingenu/9942

 

 

Une planche :

 

 

 

 

Ça donne quoi ? Spirou a fêté ses 70 ans en 2013. L'occasion de se demander ce que deviennent les héros de papier après la mort de leur créateur. Le meilleur pour le petit groom …Ce qui n'est pas le cas de tous ses collègues. Les éditions Dupuis avaient compris depuis longtemps le besoin d'ouvrir à la réinterprétation son catalogue de personnages. Emile Bravo, conteur, auteur de l’enfance, saisit l'occasion en 2008 et en profite pour inventer l'adolescence du héros en livrée rouge et sa rencontre avec Fantasio. Construisant son histoire sur un flash-back qui respire l'évidence, il le décrit comme une pupille de la nation, ignorant de ses origines, devenu groom au Moustic Hotel, dans une période et dans un lieu, le Bruxelles de l’été 1939, où cette question identitaire va bien bientôt prendre des accents tragiques. On reste étonné par les thèmes abordés : violence sociale, prises de positions politiques, humanisme, confrontation avec la mort de certains protagonistes... Mais c'est aussi cela devenir adulte. Spirou a 70 ans et maintenant il peut commencer à vieillir. Splendide relecture qui ouvre de nombreuses pistes que sauront saisir Schwartz et Yann pour le contexte historique, mais sans retrouver la superbe mélancolie qui imprègne cet album.

 

 

 

 

 

MUSIQUE

 

 

 

 

C'est quoi ? LES QUATRE CENTS COUPS

 

 

C'est de qui ? Jean Constantin

 

 

La couv'

 

 

Déjà entendu chez nous ? Non

 

 

On peut écouter : un extrait, mais d'autres sont disponibles sur le Tube.

 

 

Ca donne quoi ? Avant d'entamer une collaboration fructueuse avec George Delerue (11 films si mes calculs sont exacts) à partir de Tirez sur le pianiste (1960), François Truffaut fait appel à Jean Constantin pour les besoins de ce qui restera l'une des pierres angulaires de la Nouvelle Vague : Les Quatre cents coups. Chanteur de cabaret à l'allure bonhomme, pianiste autodidacte, compositeur pour Piaf, Montand, les Frères Jacques ou Annie Cordy (eh oui...), Constantin offre aux premiers pas de Jean-Pierre Léaud en gamin maladroit et paumé, une musique sautillante aux accents délicieusement jazzy non dénuée d'une certaine tristesse. C'est toute l'ambivalence d'Antoine Doinel, en pleine quête de lui-même dans le Paris des années 50, qui transparaît ici et que l'on transpose sans peine au héros en devenir du Journal d'un Ingénu. L'un poursuivra encore sa vie cinq films durant, découvrant les joies et les affres de l'amour, l'autre continue sa route d'aventure en aventure au gré des scénaristes et des dessinateurs qui lui prêtent vie pour notre plus grand plaisir.          

    

 

--------------------------------

 

Une chronique par JC & Lio

 

 

Partager cet article

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags