9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 07:05

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : DRAKKA

 


C'est de qui  Brrémaud et Felici

 

 

Une Couv':

 

 

Déjà vu chez nous?  Oui pour le scénariste.

 

 

Une  planche:

 

 

Ca donne Quoi ? Drakka est un bac à sables propice aux idées bouillonnantes de Frédéric Brémaud. Dans un New York alternatif, un parrain mourant de la pègre confie à son fils qu’il n’est pas le seul héritier de sa fortune et que ce dernier devra éliminer son demi-frère qu’il ne connaissait pas afin de jouir de ses biens.Le hic c’est que ce demi-frère est un vampire répondant au sobriquet de Drakka. Prévu initialement pour être une trilogie, le passage à de deux tomes aura été finalement bénéfique niveau rythme. Les personnages ne sont pas piqués des hannetons et la fin est assez magistrale, elle risque d’en laisser plus d’un sur le carreau. Ajoutez à ce cocktail improbable les dessins cartoonesques et colorés d’un Lorenzo di Felici qu’on espère revoir bien vite et vous tenez entre les mains une petite série méconnue au rythme pétaradant.

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

C'est Quoi ?  BLADE

 

 

C'est de Qui ? Isham et divers

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu sur B.O BD? Oui et non.

 

 

 On peut écouter?

 

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? On aurait tendance à oublier que l’overdose actuelle de productions Marvel en salles doit son origine au succès d’un petit film de série B de Stephen Norrington : Blade le marcheur diurne et accessoirement semi-vampire exterminateur de vampires. Parfait exemple de bonne série B avec rythme et séquences nerveuses au programme, le film était en outre accompagnée d’une B.O des plus tonitruantes bon mélange entre le travail nuancé de Mark Isham et celui de chansons issus de la scène indé electro (Junkie XL, New Order, Aphex Twin) et d’autres au beat hip hop accrocheur (DJ Crush). Ce procédé propre à en mettre plein la vue trouve sa justification dans les nombreuses scènes d’action lui conférant un côté jeu vidéo pas forcément désagréable mais utilisé jusqu’à la moelle dans le cinéma aseptisé d’aujourd’hui.

 

 

-------------------------

 

Une chronique par Jet.

 

Ca donne Quoi ? On aurait tendance à oublier que l’overdose actuelle de productions Marvel en salles doit son origine au succès d’un petit film de série B de Stephen Norrington : Blade le marcheur diurne et accessoirement semi-vampire exterminateur de vampires. Parfait exemple de bonne série B avec rythme et séquences nerveuses au programme, le film était en outre accompagnée d’une B.O des plus tonitruantes bon mélange entre le travail nuancé de Mark Isham et celui de chansons issus de la scène indé electro (Junkie XL, New Order, Aphex Twin) et d’autres au beat hip hop accrocheur (DJ Crush). Ce procédé propre à en mettre plein la vue trouve sa justification dans les nombreuses scènes d’action lui conférant un côté jeu vidéo pas forcément désagréable mais utilisé jusqu’à la moelle dans le cinéma aseptisé d’aujourd’hui.

Partager cet article

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags