25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 17:45

 

 

Retrouvez, après la chronique musicale, une interview "Musique et BD" de Laurent Astier.

 

 

 

LA BD:

 

 


C'est quoi : COMMENT FAIRE FORTUNE EN JUIN 40

 


C'est de qui ?  Astier, Dorison & Nury

 

 

La Couv':

 

 

Déjà vu chez nous?   Oui

 

 

C’est édité chez ? Casterman, un lien vers le site :

http://bd.casterman.com/albums_detail.cfm?id=48476

 

Une  planche:

 

 

Ca donne Quoi ?   Pour les gens comme moi, biberonnés au cinéma de genre, et pas seulement ceux de leur génération (j’en ai bouffé du Cinéma de Minuit et de la Dernière Séance de Monsieur Eddy), un bouquin comme Comment Faire Fortune..., c’est autant une madeleine de Proust qu’un exutoire ! Le tandem de choc (qui nous avait entre autre donné l’excellent western fantastique W.E.S.T) Dorison/Nury -décidément en forme lui aussi, c’est son 3° album ce mois-ci- remanie l’adaptation (fort libre) d’un roman de Siniac des années 80, originellement destinée au grand écran, pour en faire un one shot généreux (120 pages sans un temps mort). L’intrigue fleure bon celles des films sus-cités donc : à la veille de la débâcle française de 40, un chargement de lingots d’or curieusement oublié à la Banque de France doit être convoyé à Bordeaux. Aubaine inespérée pour une bande de seconds couteaux assemblés à la va vite qui vont décider de s’emparer du pactole. Mais avec l’avancée fulgurante de l’envahisseur et l’exode massif sur les routes de France, l’expédition ne va pas être une partie de plaisir. Vous l’aurez compris, les deux scénaristes s’en donnent à cœur joie dans le registre humour et action, et, si l’on retrouve pas mal de petits tics de leurs écritures respectives, le plaisir n’en n’est pas diminué, loin de là. Ajoutez à l’équation que l’histoire est superbement servie par le style expressif, détaillé et quasi cinématographique d’un Laurent Astier virtuose qui joue aussi bien sur les cadrages que les angles de vue, et vous obtenez l’un des album les plus sympathiques de ce mois de cet automne.

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

C'est Quoi ? LE TRAIN

 

 

C'est de Qui ?  Maurice Jarre

 

 

La couv' 

 

 

Déjà entendu dans le coin? Oui

 

 

On peut écouter?

 

 

 

 

 

Ca donne Quoi ? Pour la première de ses trois collaborations avec John Frankenheimer, Jarre, alors en odeur de sainteté à Hollywood, injecte dans un film déjà chargé en adrénaline une ambiance d’action imposante. Choisissant de ne pas utiliser de cordes pour sa partition, il utilise les cuivres les vents et les percussions pour donner vie au train. Les thèmes grondent tout au long de la B.O, contre balancés avec savoir-faire par quelques mélodies plus légères, procédé encore peu usité chez les américains que des composeurs comme Jarre justement tendront à démocratiser. Peu d’humour dans la musique de Jarre mais des moments de haute volée qui ne dénotent pas, bien au contraire, sur l’action endiablée de Comment Faire Fortune…

 

 

----------------

 

 

 

Bonjour Laurent et merci d’avoir accepté de te prêter au jeu du questionnaire croisé B.O/BD.

 

 

 

Commençons par un classique :

 

 

Tes Cinq Cd de chevet ?

 

The Beatles - Abbey Road

The Clash - Sandinista

Pink Floyd - The Piper At The Gates Of Down

The White Stripes - Get Behind Me Satan

Shearwater - Winged Life 

 

 

 

 

Et tes Albums de Bd ?

 

 

Ballade pour un Cercueil

Akira

Blankets

Blast

Scalped

 

 

 

 

Les influences et les goûts :

 

 

Une musique de film qui t’a marqué, que tu affectionnes particulièrement (indépendamment du film) ?

 

 

Je ne pense pas qu'on puisse aimer une musique de film indépendamment d'un film.

Mais une BOF qui m'a marqué profondément était celle pour le film fantastique et hallucinant de Brian de Palma, Phantom Of The Paradise. Je devais avoir 12, 13 ans et il y avait déjà une palette de toute la musique des 70's. Et en plus, chaque chanson était un de tous les sentiments exacerbés que je vivais intimement pendant cette période compliquée de l'adolescence.

 

 

 

 

Qui sont tes maîtres à penser en BD, ceux qui t’ont donné envie d’en faire, quelles sont tes influences ?

 

Mes maîtres sont d'abord ceux du noir et blanc. Ceux venus d'Italie, Pratt, Michelluzzi, Milazzo, qui lorgnaient vers les maîtres américains, Canniff, Eisner, Kubert.

Et puis, comme tout ceux de ma génération, il y a eu l'influence indélébile de Jean Giraud / Moebius pour l'oeuvre pléthorique et folle.

 

 

 

 

Ton travail :

 

Ecoutes tu de la musique quand tu écris/dessine, et plutôt quoi ?

 

 

Lorsque j'écris ou je dessine, je n'écoute pas du tout de musique. Ou rarement en tout cas. Car inventer, élaborer, construire des histoires est un acte suffisamment magique qui, pour moi, ne nécessite pas de support. Dans le silence où je m'absorbe, je peux partir très loin, très longtemps. Et je crois que tous ces moments, ces scènes, ces histoires ont leur musique propre. J'aime des temps dédiés à écouter la musique. Et je n'aime pas vraiment l'avoir juste en fond sonore.

 

 

Ce sur quoi tu travaille actuellement, tes prochains projets (si tu as la liberté de les évoquer bien sur) ?

 

Maintenant que l'album Comment Faire Fortune en juin 40 est bouclé et sorti, j'entame un récit en co-écriture avec quelqu'un que j'ai rencontré en prison lors d'un atelier. C'est un ex-braqueur multirécidiviste et on se sert de sa vie, de son expérience, de sa trajectoire pour écrire un polar qui paraîtra en deux tomes aux éditions Casterman.

 

 

Et si…

 

 

…en lieu et place de la Bande Dessinée tu avais fait de la musique tu aurais été qui, tu aurais joué quoi ?

 

Si j'avais le droit de remonter le temps, j'aurais voulu être un Paul McCartney pour avoir vécu toute cette période des Beatles, avoir écrit tous ces standards fantastiques. Bon, peut être pas pour les années 80 et la multitude de coupes de cheveux toutes aussi moches les unes que les autres...

 

Mais je suis né dans le mitan des années 70 alors ça se doit d'être un artiste de ma génération. Aujourd'hui, les chansons et la musique dans lesquelles je me reconnais le plus aujourd'hui sont celles d'un Dominique A. Réminiscence de mon amour pour les chansons de Jacques Brel ? Peut être...

 

 

 

Encore un grand merci pour tes réponses, et au plaisir de te retrouver dans les pages de Bandes Originales Pour Bandes Dessinées ! 

 

 

------------------------------

 

Chronique et Interview réalisées par Fab

 

Partager cet article

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags