14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 11:51

 

 

 

LA BD:

 

 

 

C'est quoi : LE RAPPORT DE BRODECK

 

 

C'est de qui : M. Larcenet

 

 

La Couv':

 

 

Déja croisé sur le site? Oui

 

 

C’est édité chez qui ? Dargaud, un lien vers le site

http://www.dargaud.com/rapport-de-brodeck/album-7057/autre/

 

Une planche:

 

 

Ca donne Quoi  Que de chemin parcouru par Larcenet depuis ses premiers faits d’armes dans Fluide Glacial avec Bill Baroud entre autres. Le virage et la reconnaissance acquise avec le Combat Ordinaire en ont fait un auteur incontournable, capable de passer de l’humour nonsensique de Donjon Monsters à la noirceur de Blast d’un clignement de cils. C’est en gardant à l’esprit la série Blast qu’il convient d’aborder ce bel ouvrage édité à l’italienne et adapté d’un roman du Lorrain Philippe Claudel. « Le rapport de Brodeck » est une sorte de conte métaphorique assez noir et ancré dans une époque et contrée inconnue ne laissant guère de doute sur l’issue : ce ne sera pas la fête au village. Brodeck, rescapé d’une guerre sans nom, est revenu dans le village poursuivre sa vie avec sa petite famille. Petite bourgade constamment plongé dans un manteau hivernal aux sonorités germaniques, il est le seul à ne pas avoir participé au lynchage d’un étranger, « l’Anderer » mais se doit d’en écrire un rapport pour tous les notables. Suspicion et règlements de compte ressurgissent dans une ambiance anxiogène qui va rouvrir certaines cicatrices profondes du passé…Il y a deux façons d’aborder ce livre, soit on sera réfractaire aux nombreuses cases muettes d’un Larcenet qui maîtrise complètement son art par des dégradés noir et blanc réalistes, soit on se laissera finalement happé par l’ambiance toute particulière d’un sordide fait divers. Il faut reconnaitre que c’est une indéniable réussite graphique tant la description de la nature, des paysages ou même des animaux (avec une répugnante scène dans une porcherie) se passent de tout commentaire. C’est simplement beau, triste et pesant mais avant tout autre chose magnifique. Mention spéciale également sur la description des camps de la mort où bourreaux et chiens de garde seront imaginés avec autant de perspective qu’ aurait pu le faire Spigelman dans son classique « Maus ». Un récit qui ne plaira pas forcément à tout le monde (la narration a beau être maline et très bavarde dans ses longues ellipses muettes, on ne lit pas cet ouvrage pour se distraire) mais qui mérite une grande attention pour son audace. Vivement la suite car le récit s’achève brutalement dans l’attente de sa résolution.

 

 

 

 

 

LA MUSIQUE

 

 

 

 

C'est Quoi ? SLOW FOCUS

 

 

C'est de Qui   Fuck Buttons

 

 

La couv' 

 

 

 

Déjà entendu chez nous? Jamais

 

 

On peut écouter?

 

 

 

Ca donne Quoi  A récit atypique et intemporel, quitte à en perdre encore un peu plus les repères, pourquoi ne pas reprendre le dernier album des Fuck Buttons, « Slow Focus » dont la mélancolie et la répétitivité des morceaux instrumentaux bruitistes et électroniques se décalque complètement sur la campagne enneigée et monotone de Brodeck ?Réputés pour leurs longues boucles extrêmement bruyantes, Slow Focus est surement l’opus le plus abouti de ce duo inclassable. A écouter au casque ou en poussant très fort le bouton du volume, chaque nouvelle écoute rajoute de nouveaux sons et subtilités permettant à l’auditeur non réfractaire d’en trouver une signification pas nécessairement rassurante mais approprié pour se trouver en danger, à l’image de l’étranger dans la contrée hostile du Rapport de Brodeck dont il est impossible d’en dater les évènements tout comme cette musique intemporelle et dont « Hidden Xs » et surtout « Stalker » risquent de résonner longuement dans votre inconscient, livre fermé ou musique en off.

 

 

--------------

 

Une chronique surprenante réalisée par Jet

Partager cet article

Repost 0
bobd

Présentation

  • : Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • Conseils d'écoutes musicales pour Bandes Dessinées
  • : "...ces illustrations sonores. On apprend toujours quelque chose avec elles. Y compris sur des œuvres qu'on a soi-même écrites." Serge Lehman. (La Brigade Chimérique, Metropolis, L'Homme Truqué)
  • Contact

Rechercher

Tags